Le temps des cabris

Posté le le 25 juin, 2011 | 1 commentaire

Lors de mon dernier passage sur les crêtes vosgiennes, je n’ai pas pu observer les jeunes chamois de l’année. Vraisemblablement trop petits et trop vulnérables pour qu’ils apparaissent au grand jour.

La naissance des cabris (ou encore appelés chevreaux) se passe généralement dans un endroit difficile d’accès, ceci afin que les nouveaux nés soient protégés des prédateurs.

Après quelques heures, ils peuvent déjà se tenir debout, mais ce n’est qu’après +/- une semaine qu’ils rejoindront la harde toujours suivis de près par leur mère qu’ils ne quittent jamais.

Lors de leurs sorties, les mères et leurs chevreaux resteront discrets et se tiendront bien souvent un peu à l’écart des autres chamois dans des endroits un peu plus cachés et difficilement accessibles. C’est là qu’ils pourront s’adonner à leurs jeux favoris, courir, sauter, glisser, se taquiner ou faire des cabrioles en tous sens. Un vrai régal que de les observer.

Ayant eu par ailleurs quelques chamois adultes passant à proximité, j’en ai profité pour refaire quelques portraits.

Un commentaire

  1. De merveilleux instants ainsi figés et on peut imaginer le bonheur de les observer, les voir gambader et se chamailler.

    C’est déjà un ravissement que de les voir au travers de vos clichés.
    Encore une fois merci.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :