La loutre

Posté le le 14 juillet, 2019 | 0 commentaire

Mammifère de la famille des mustélidés, la loutre est particulièrement discrète.

Description physique

La loutre désigne une sous-famille de mammifères carnivores nocturnes appartenant à la famille des Mustelidés. Il existe plusieurs espèces de loutres. La loutre d’Europe ou loutre commune est certainement l’espèce la plus connue. C’est d’ailleurs la seule espèce que l’on trouve en France.

La loutre se caractérise par son corps allongé et fuselé, ses pattes palmées et sa longue queue. Elle mesure entre 40 et 85cm. Sa hauteur au garrot n’excède pas les 30 cm. La loutre possède des oreilles courtes de 2 à 3cm de longueur ainsi qu’un museau obtus qui se termine par des vibrisses blanches de 20 cm.

Le pelage de la loutre est de couleur brun foncé. On note la présence de taches blanches sur la gorge et le menton. La fourrure est composée de poils courts et longs qui s’emboîtent. La loutre pèse entre 5 à 15 kg.

Son lieu de vie

La loutre vit dans toutes sortes de milieux aquatiques : eau douce (rivière, marécage, lac, canal, etc.), eau de mer (côtes marines, estuaires) et eaux saumâtres (lagunes).

Elle vit dans un terrier appelé catiche qu’elle fait elle-même. Celui-ci peut avoir une entrée immergée dans l’eau et une cheminée d’aération. La catiche peut se trouver entre les racines d’un arbre, sur les berges des cours d’eau ou dans une cavité rocheuse.

La loutre se trouve surtout en Europe occidentale, en Afrique du Nord et en Asie.

Son alimentation

La loutre est un mammifère carnivore qui se nourrit essentiellement de poissons. On dit aussi qu’elle est piscivore. Sa nourriture se compose essentiellement de poissons, mais aussi de petits rongeurs, d’amphibiens, de gros insectes et d’écrevisses. Elle peut également avoir un comportement opportuniste en mangeant des fruits ou des oiseaux quand la nourriture vient à manquer.

Sa reproduction

La femelle de la loutre atteint la maturité sexuelle à partir de 2 ou 3 ans. L’accouplement a souvent lieu dans l’eau et dure pendant une demi-heure. La période de reproduction a lieu toute l’année. La durée de la gestation, elle, est de 60 jours au bout de laquelle la femelle va mettre bas 2 à 4 loutrons. Ceux-ci naissent les yeux fermés. Ils vont téter pendant 3 mois.

Son espérance de vie

La loutre peut vivre jusqu’à 20 ans en captivité, mais dans la nature, son espérance de vie est en moyenne de 5 ans, et au maximum de 10 ans.

Son cri

Le cri de la loutre se traduit par des petits cris aigus ou des sifflements.

Signes particuliers

La loutre est un animal solitaire. Elle chasse souvent seule. C’est une très bonne nageuse grâce à ses pattes palmées.

La loutre est une espèce menacée. Elle fait l’objet de nombreux programmes de protection et de sauvegarde en France et ailleurs.

Source : http://www.jaitoutcompris.com

Lire plus

Concours photo Agrinature 2019

Posté le le 5 juillet, 2019 | 0 commentaire

J’ai le plaisir de vous annoncer que la photo ci-dessous a été nominée dans le cadre du concours photos Agrinature 2019 dans la catégorie Wallonie sauvage.
Elle sera exposée lors de la foire de Libramont du 26 au 29 juillet 2019 et participera également pour le prix du public. Si vous passez par là, vous savez pour qui voter

Lire plus

Le castor

Posté le le 19 mai, 2019 | 0 commentaire

Le castor a disparu de Belgique au XIXe siècle, exploité pour sa viande et pour la sécrétion qu’il utilise pour marquer son territoire et imperméabiliser son pelage, le castoréum, utilisé en parfumerie. Plusieurs lâchers illégaux d’individus provenant d’Allemagne se sont succédé entre l’automne 1998 et le printemps 2000. Depuis lors, les jeunes animaux se sont naturellement dispersés en Wallonie. On peut estimer que la population actuelle en Wallonie se situe entre 600 et 1 000 castors répartis en 250 territoires recensés (source Natagora).

Il est connu pour ses talents d’architecte, remodelant le paysage par ses barrages et reconstituant de la sorte des zones humides bien vite colonisées par toute une série d’espèces tant végétales qu’animales.

A proximité du barrage, le castor construit une hutte à laquelle il accède via un tunnel sous-marin, le mettant ainsi à l’abri des prédateurs éventuels. Il y passe l’hiver, période pendant laquelle il mangera l’écorce des branches qu’il a pris le soin de stocker sous l’eau.

Hormis l’homme qui dans certaines situations n’accepte pas ses travaux de génie civile, il a très peu de prédateurs naturels… le renard pourrait être un des seuls à le surprendre.

Lire plus

La toilette des blaireaux

Posté le le 5 avril, 2019 | 0 commentaire

Ayant eu déjà l’occasion d’observer des blaireaux à plusieurs reprises, le rituel est systématique…

Dès sa sortie du terrier, il commence sa toilette… se gratte à gauche, à droite, sous les pattes, se mordille… et pour ce qui est des parties du corps qu’il ne peut atteindre… alors c’est l’entraide entre membres du clan.

Lire plus

Giboulées de mars

Posté le le 18 mars, 2019 | 1 commentaire

La mois de mars est connu pour ses giboulées…

Voici quelques prises de vues réalisées ce dernier weekend.

Lire plus

Le tarin des aulnes

Posté le le 10 mars, 2019 | 0 commentaire

Petit passereau d’à peine 10 à 14 grammes et d’une taille de 12 cm, le tarin est à cette époque un habitué du jardin.

Reconnaissable à son plumage vert-jaune vif, je l’observe chaque année…

Dès le matin ils gazouillent en nombre dans les arbres environnants.

Ils y restent habituellement quelques jours avant de regagner les forêts toutes proches.

On reconnaît facilement les mâles des femelles… ces derniers ont une calotte et une bavette noire avec le ventre jaune, alors que les femelles on le ventre clair strié de noir. Elles sont également moins jaune que les mâles.

Lire plus

Vœux 2019

Posté le le 21 décembre, 2018 | 0 commentaire

Lire plus
%d blogueurs aiment cette page :