Paysages scandinaves

Posté le le 28 octobre, 2018 | 2 commentaires

Des tourbières suédoises aux fjords norvégiens… voici quelques photos de paysages scandinaves réalisés lors d’un voyage au printemps 2018.

Lire plus

Concours Emotion’Ailes 2018

Posté le le 3 septembre, 2018 | 0 commentaire

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule… elle concerne la photo ci-dessous qui a été nominée lors du Concours Emotion’Ailes. Elle concourrait dans la catégorie des espèces rares photographiées en Belgique. Il s’agit d’une macreuse brune qui a séjourné quelques jours sur les étangs à Stavelot. Elle sera exposée du 20 au 23/9 lors des expos AVES à Namur.
D’autres photos de cette macreuse à voir ici:http://www.photorama.be/wordpress/visiteur-grand-nord/

Lire plus

Concours International de Photo Nature de Namur 2018

Posté le le 3 septembre, 2018 | 0 commentaire

J’ai le plaisir de vous annoncer que la photo ci-dessous a été sélectionnée parmi 6000 photos lors du Concours International de Photo Nature de Namur 2018.
Elle sera exposée en grand format (100x150cm) dans la catégorie Wallonie sauvage à La Citadelle de Namur durant les « 4 jours photo » du festival du 18 au 21 octobre.

Lire plus

Les boeufs musqués du Dovrefjell

Posté le le 27 juillet, 2018 | 0 commentaire

Lors de mon voyage en Norvège, un arrêt s’imposait au parc national du Dovrefjell (superficie de 1700 km²) afin d’éventuellement pouvoir observer des bœufs musqués.

A mon grand étonnement, je constate à mon arrivée qu’il reste énormément de plaques de neige à cette période de l’année, ce qui à l’évidence ne facilitera pas les déplacements, tant à ces endroits son épaisseur est encore importante.

Après quelques recherches aux jumelles, je finis par repérer au loin un groupe de 3 mâles et décide donc d’aller à leur rencontre tout en zigzagant entre les plaques de neige et autres zones inondées par la fonte des neiges.

Les bœufs musqués sont réputés pour avoir un caractère bien trempé, ils n’aiment pas être surpris et n’hésitent pas à charger si d’aventure on s’approche trop près. Il est donc conseillé de les approcher progressivement et bien à vue.

Comme à l’évidence ils courent plus vite que moi et préférant éviter une charge d’un de ces mâles de presque 400 kg, j’applique donc la méthode et avance lentement dans leur direction (vu le terrain, je n’ai pas vraiment le choix).

J’observe régulièrement leur comportement et ils me feront bien comprendre par un hochement de tête de gauche à droite quand la limite est atteinte… ce qui de facto me fait reculer vite fait de quelques mètres, jusqu’à ce qu’ils fassent à nouveau semblant de m’ignorer.

En y prenant le temps, j’arriverai à me faire accepter et à m’approcher d’eux à une cinquantaine de mètres. Ils seront tellement bien rassurés, qu’ils se coucheront même tout près… mais sans jamais relâcher leur vigilance à mon égard.

Pour terminer quelques mots sur ces animaux pour le moins étonnants.

L’étude de fossiles, prouve déjà la présence de leurs ancêtres lors de la préhistoire.

Les bœufs musqués vivent aujourd’hui dans la toundra arctique. Les grands mâles peuvent atteindre 1,4m au garrot pour un poids approchant les 400 kg.

Malgré cet apparent embonpoint, ils peuvent atteindre les 50 km/h à la course, ce qui évidemment compte tenu de leur caractère, invite à la prudence lorsqu’on tente de les approcher.

Le mâle et la femelle du bœuf musqué portent tous deux d’impressionnantes cornes. Chez les mâles, les bases de chaque corne s’avancent sur le front et se rencontrent pour former une bosse dure de corne et d’os d’une épaisseur pouvant atteindre 10 cm. Celle-ci leur sera utile lors des combats en période de rut … C’est en effet en fonçant violemment tête contre tête que les mâles dominants s’imposent dans le troupeau.

C’est grâce à un épais manteau que le bœuf musqué peut supporter des températures pouvant atteindre les -40°. Ce manteau se compose d’une toison laineuse isolante, en contact avec la peau, recouverte de grands poils de près de 60cm. Sa laine est huit fois plus chaude que celle des moutons.

Son aire de répartition se limite aujourd’hui au parc du Dovrefjell en Norvège, Groenland et nord du Canada.

 

Lire plus

Concours Agrinature 2018

Posté le le 9 juillet, 2018 | 0 commentaire

J’ai le plaisir de vous annoncer que la photo ci-dessous a été nominée dans le cadre du concours photos Agrinature 2018.
Elle sera exposée lors de la foire de Libramont du 27 au 30 juillet 2018.

Lire plus

Rencontre avec les ours

Posté le le 1 juillet, 2018 | 2 commentaires

Passer la nuit en plein coeur de la forêt suédoise, dans un affût à attendre le passage éventuel d’un ours restera sans conteste une expérience que je n’oublierai pas de sitôt.

Début mai, les ours sortent de leur léthargie et se mettent en quête de nourriture dès le crépuscule.

Deux ours passeront à plus ou moins 30 m de l’affût. Pas à dire… ça reste un animal imposant quand on le voit de si près dans la nature… et croiser son regard dans l’objectif reste malgré tout impressionnant.

L’ours brun européen pèse entre 260 et 360 kg et peut mesurer jusqu’à 3m de hauteur pour les tous grands mâles lorsqu’ils se dressent.

Lire plus

Les petits coqs de bruyères

Posté le le 17 juin, 2018 | 1 commentaire

Pour les avoir observés quelques fois dans les alpes, je ne pouvais imaginer passer en Suède sans passer voir les petits coqs de bruyère (tétras lyre).

Ces beaux oiseaux paradent au printemps sur des arènes que l’on appelle place de chant ou encore  « lek ».

D’une année à l’autre et alors que le jour n’est pas encore levé les tétras lyres rejoignent les mêmes arènes. Celles-ci sont plates, avec une végétation basse et dans ce cas il s’agissait d’une tourbière avec de nombreuses flaques d’eau du fait que la neige venait à peine de fondre.

Les coqs vont dès lors se cantonner à un petit territoire bien délimité.

La fin de la nuit les verra, queue déployée en éventail, ailes pendantes, cou et caroncules (parties rouges sur la tête) gonflés, aller et venir, tourner, sauter sans cesser de roucouler ou chuinter.

Pendant ce temps les femelles attendent perchées sur les arbres environnants, puis lorsqu’elles décident de se poser… le chant des coqs surexcités redouble d’intensité.

Malgré qu’ils soient chacun sur leur petit territoire, certains tentent de s’approcher du centre de l’arène… c’est là généralement que le coq le plus âgé  (ou le plus expérimenté) se trouve. Cela débouche alors sur des combats parfois violents entre les coqs.

Lire plus
%d blogueurs aiment cette page :