Mises à jour

Concerne les mises à jour photographiques

Le petit ours de nos forêts

Posté le le 25 avril, 2017 | 2 commentaires

On lui donne parfois le surnom de petit ours de nos forêts !

Ça lui vient de ses grandes pattes armées de griffes impressionnantes qui font penser à celles de l’ours.

C’est ainsi que par le passé, il a souvent été associé à tort, à la famille des ursidés (les ours et pandas). En fait, c’est un mustélidé comme la belette, la loutre, l’hermine, le putois…

Alors qu’il a failli presque disparaître de Wallonie voici 30 ans, suite à la campagne de gazage des terriers de renards (lutte contre la rage)… il a mis plus de 25 ans pour revenir à un niveau de population identique à celui de 1960.

Lire plus

Weekend Wallonie Bienvenue – Invitation

Posté le le 12 avril, 2017 | 0 commentaire

Pour faire suite à l’affiche dans l’article ci-dessous, voici une invitation à ces journées portes ouvertes sous forme d’une petite vidéo.

Musique de Nicolai Heidlas.

Lire plus

Weekend Wallonie Bienvenue

Posté le le 24 mars, 2017 | 2 commentaires

17362012_741142179400273_8509858501852767306_n

Lire plus

Le printemps est à nos portes…

Posté le le 14 mars, 2017 | 0 commentaire

Mars… la nature se réveille.

Les grues remontent à toute vitesse vers le nord, les chouettes prennent le soleil, les cerfs perdent leurs bois… biches et chevreuils sont de sortie à la recherche des premières pousses d’herbe.

Lire plus

Voeux

Posté le le 21 décembre, 2016 | 1 commentaire

dpp_2014-01-12-10-33-31_00161

Lire plus

Les montagnes roses

Posté le le 11 novembre, 2016 | 1 commentaire

Les Dolomites sont une chaîne montagneuse des Alpes orientales et elles sont inscrites au patrimoine de l’UNESCO.

Le nom “Dolomites” leur a été attribué par le géologue français Dieudonné Dolomieu, qui avait identifié dans certaines roches, la présence de calcaire dolomitique, l’un des éléments qui caractérisent cette chaîne montagneuse.
La dolomie confère aux montagnes une couleur particulière: le blanc (raison pour laquelle la chaîne est aussi connue sous le nom de “Monti Pallidi“- Monts Pâles), mais c’est à l’aube et surtout au coucher du soleil, que cette roche prend des couleurs allant du rose au rouge intense. Ce phénomène est connu sous le nom d'”enrosadira” (“rougeoiement”).

Comme vous pourrez le voir via ces quelques photos, même en pleine journée ces montagnes valent le détour… Les amateurs de randonnées devraient apprécier.

Le Corbusier, l’un des plus célèbres architectes du XXe siècle, a décrit cette merveilleuse chaîne montagneuse comme “la plus belle œuvre architecturale au monde”. Effectivement, les Dolomites offrent un panorama époustouflant: montagnes composées de parois rocheuses, glaciers, zones karstiques, hautes-aiguilles, tours, pinacles et montagnes formées par les agents atmosphériques.

Lire plus

Le rendez-vous annuel des cerfs

Posté le le 21 octobre, 2016 | 3 commentaires

Un brame différent cette année en ce qui me concerne. Tout d’abord il débute lentement, quelques raires seulement marquent la présence de cerfs, mais pas aux endroits habituels.

Cela va se confirmer par la suite, les cervidés vont délaisser les petites fagnes et autres mises à blanc au profit des massifs restés à l’ombre.

Le manque de nourriture dans ces espaces dégagés, consécutif à la sécheresse du mois d’août et septembre, aura plus que vraisemblablement guidé les biches vers des lieux où l’herbe est plus abondante.

Ce n’est donc que très furtivement que j’ai pu observer les cerfs dans ces milieux plus photogéniques et ce même si les molinies m’ont parfois posé quelques problèmes tant elles sont hautes cette année.

Cela reste néanmoins une période intense qu’il est bon de partager via ces quelques photos.

Lire plus

La saison des velours

Posté le le 31 juillet, 2016 | 1 commentaire

DPP_2016-07-30-05-57-45_0120Du point de vue anatomique, les bois des cervidés sont très différents des cornes: il s’agit d’organes osseux vascularisés et caduques annuellement.

Au cours de leur croissance qui débute au printemps, les bois sont d’abord recouverts d’un tissu tégumentaire (le velours), qui assure la protection, la vascularisation et l’innervation de ces organes.

Fin juillet, ce tissu se dessèche et tombe en lambeaux lorsque la croissance osseuse est achevée, on dit que le cerf fraie.

Voici quelques photos réalisées ces dernières années qui illustrent cette période très importante pour le cerf.

Lire plus

New generation 2016

Posté le le 5 juin, 2016 | 1 commentaire

DPP_2016-05-16-19-29-58_01942Le printemps nous offre chaque année, toutes espèces confondues, son lot de naissances.

Voici quelques photos de cette nouvelle génération.

 

Lire plus

Le balbuzard pêcheur

Posté le le 8 mai, 2016 | 0 commentaire

DPP_2016-04-24-10-24-35_00192Rapace de la famille des aigles, le balbuzard pêcheur peut atteindre une envergure de 1.70m pour un poids de 2kg.

Son poitrail est blanc net alors que son dos est brun foncé. Il a des doigts très puissants armés de serres impressionnantes.

Comme son nom le laisse supposer, il s’alimente essentiellement de poissons capturés à la surface de l’eau.

Il possède une technique de pêche inégalée. Il repère sa cible d’une hauteur de 10 à 20 mètres. Il plonge alors, tête la première, ailes repliées et serres en avant, immerge uniquement les pattes et ressort avec sa proie qu’il transporte jusqu’à son nid ou sur un perchoir où il la dévore. Grâce à ses serres incurvées et à des petites aspérités entre les doigts il peut agripper et maintenir les poissons les plus glissants.

Cet oiseau possède l’une des plus grandes aires de répartition. Il niche en Europe, Asie, Afrique, Australie et Amérique du Nord. En août, il quitte les régions nordiques et migre vers des climats plus cléments au sud du Sahara. Il remonte en avril pour aller nicher dans le nord.

Cette espèce est considérée comme rare en union européenne et est protégée.

Lire plus

Balbuzard contre brochet

Posté le le 1 mai, 2016 | 1 commentaire

DPP_2016-04-30-09-02-30_00042A l’affût sur une branche à une quinzaine de mètres en hauteur, un balbuzard pêcheur scrute la surface de l’eau.

Soudain, il dresse la tête, son regard se fixe sur la surface… et en une fraction de seconde il se jette dans le vide.

Les ailes repliées, il prend de la vitesse… je tente tant bien que mal de le suivre.

Il sort ses serres, des armes redoutables pour le poisson qu’il a en ligne de mire. L’instant d’après c’est le contact avec l’eau. Malheureusement pour moi il est en contrebas de ma position… je ne vois plus que de l’eau projetée dans tous les sens.

Puis… un bout d’aile, et à grand fracas le balbuzard s’extirpe de l’eau.. enfin il essaye car c ‘est à ce moment là que j’aperçois sa prise, un brochet de 40 à 50 cm.

Le poisson se débat, le balbuzard bas des ailes tant et plus…

Grrrr ces foutus roseaux me gênent pour suivre la progression de l’oiseau ceci d’autant qu’il n’arrive pas à prendre de la hauteur.

Le poisson gesticule tellement qu’il précipite le balbuzard dans l’eau…

Les ailes grandes ouvertes, il flotte, là, immobile dans la trouée à quelque mètres de moi.. j’aperçois même la couleur du brochet qui continue de se débattre sous l’eau.

Après quelques mouvements de nage papillon, nouvelle tentative…

Impressionnante la force déployée par cet oiseau pour s’extraire de l’eau… mais le brochet est toujours là… il le tient par le bout de la gueule, ce qui augmente le porte-à-faux et le brochet précipite à nouveau  le balbuzard dans l’eau.

Quelques instants plus tard, le balbuzard s’envole sans sa proie…  elle sera arrivée à se défaire de ces serres impressionnantes. Ce sera pour une prochaine fois !

La scène a duré 50 secondes. Balbuzard  0 – Brochet  1

Lire plus

Rétrospective chevreuils 2016

Posté le le 17 avril, 2016 | 1 commentaire

DPP_2016-03-12-16-34-33_00122L’hiver est définitivement derrière nous.

C’est l’occasion de vous présenter une petite rétrospective des photos de ce petit cervidé réalisées depuis le début de l’année 2016.

Lire plus

Lacs et cascades en montagne

Posté le le 20 février, 2016 | 0 commentaire

DPP_2011-08-14-16-56-03_07102Lors de mes randonnées en montagne, je m’arrange souvent pour passer par des points d’eau.

C’est toujours l’occasion de faire une petite halte (de plus en plus souvent la bienvenue 🙂 ) et quelques photos.

Lire plus

Joyeux Noël et Bonne Année

Posté le le 20 décembre, 2015 | 0 commentaire

Lire plus

Le printemps en automne…

Posté le le 2 novembre, 2015 | 1 commentaire

La météo de ce 1er novembre était pour le moins exceptionnelle… douceur, soleil, couleurs flamboyantes automnales… le décor se prêtait bien pour immortaliser quelques passereaux présents dans le jardin.

Pas d’espèces exceptionnelles, mais c’est avec toujours autant de plaisir que je les retrouve chaque année.

Lire plus

Le brame du cerf

Posté le le 18 octobre, 2015 | 2 commentaires

Cliquez ICI

Septembre, c’est le rendez-vous annuel des passionnés du cerf…

Comme chaque années des cris rauques et puissants s’élèvent du fond de la forêt, la période du brame bat son plein et pendant presqu’un mois les cerfs vont se défier afin de conquérir les biches.

Malgré le fait que dans ces moments ils perdent la tête pour des biches et se montrent moins méfiants, je n’ai aucune certitude quant à la possibilité de pouvoir les photographier dans de bonnes conditions… Très souvent ils rentrent dans les fourrés dès que le jour se lève ce qui rend les conditions de prises de vue assez délicates.

Mais parfois leur ardeur est telle qu’ils ne se soucient plus de grand chose… ils vont et viennent, bramant à tout-va pour défendre leurs conquêtes en passant même parfois très près de ma cachette.

Lire plus

Rencontres montagnardes

Posté le le 26 septembre, 2015 | 1 commentaire

Quelques souvenirs animaliers de notre dernier séjour en montagne.

C’est toujours un plaisir que de croiser le chemin des marmottes, bouquetins ou autres chamois.

Lire plus

Et de quatre

Posté le le 15 juillet, 2015 | 2 commentaires

Cliquez ICI

Cela fait plus ou moins 25 jours qu’un couple d’élégantes échasses blanches se relaye régulièrement sur le nid. Il est 9h du matin, le troisième poussin est fraîchement sorti de son oeuf et je l’ai raté de peu… le petit dernier ne devrait plus tarder !

Je décide donc d’attendre, car ce n’est pas tous les jours qu’on peut assister à la naissance d’un oisillon.

Chez les échasses, les deux parents se chargent de la couvaison et alternent plus ou moins tous les ¾ d’heure. Moment mis à profit par les poussins pour se sauver et explorer les alentours du nid et ce, malgré les rappels incessants des parents inquiets car les prédateurs (milans noirs) ne sont jamais très loin.

Le nid est disposé à même le sol sur un petit îlot d’à peine 1 m², ce qui, je le pensais, devait limiter les escapades des oisillons. Mais à mon grand étonnement, alors qu’ils n’ont que quelques heures, ils se hasardent déjà dans l’eau et n’ont aucune difficulté à remonter la petite berge de 15 cm.

Tous les moyens sont bons pour échapper à la vigilance des parents, y compris sortir d’entre les ailes et grimper sur leur dos.

Il est 15h… un nouveau passage de témoin s’opère entre les deux parents, découvrant à nouveau le dernier œuf mais cette fois avec deux petits trous laissant présager une éclosion imminente !

Il faudra néanmoins encore patienter jusque 16h30 pour apercevoir le dernier poussin, tout mouillé et à moitié hors de sa coquille… la famille est désormais au complet.

Le lendemain matin, plus personne n’occupe le nid… les petits s’aventurent de plus en plus loin sous l’oeil toujours vigilant des parents.

Voici donc quelques photos de ces quelques heures passées en compagnie de cette famille d’échasses blanches.

Ça se passait au Teich fin mai.

Lire plus

Un désert pas comme les autres !

Posté le le 13 juin, 2015 | 0 commentaire

Cliquez ICIA cheval sur la Navarre et l’Aragon, à une soixantaine de kilomètres au sud de Pampelune, le site de Bardenas Reales offre aux visiteurs des paysages pour le moins surprenants et uniques en Europe rappelant le sud-ouest américain.

L’importante érosion a toujours existé dans les Bardenas, en raison de trois facteurs:

– Le climat, caractérisé par la sécheresse, des pluies pauvres mais violentes, des vents très forts et une variation annuelle de températures qui peut dépasser 50 ° C

– Un sol constitué de matériaux meubles, principalement d’argile, de  limon et de grès.

– L’intervention humaine avec l’élevage et la culture qui s’est intensifiée ces douze derniers siècles au détriment des zones boisées, réduisant de ce fait de manière importante la couverture végétale.

Le vent et les pluies fortes du printemps et de l’automne ont façonné des collines arides, tabulaires, dont les flancs sont striés par mille ravines, sculpté des cheminées de fées géantes, creusé des ravins asséchés par le soleil. Ce sont des paysages rudes et qui ne laissent personne indifférent. Ils sont tellement exceptionnels que ce site a été classé réserve de la Biosphère par l’UNESCO. L’accès au site est désormais réglementé.

Cette réserve de 42 000 ha se situe en plein cœur de la dépression de la vallée de l’Ebre. Dépourvue de cours d’eau permanents, elle est une des plus vastes zones désertiques d’Espagne. Aucune personne n’y habite !

L’eau a un impact très faible sur la végétation, l’évaporation (700 l/m²) est supérieure à l’apport en eau (500 l/m²). Les points d’eau permanents sont rares !

Cette région steppique est néanmoins riche d’un point de vue faune. On peut y trouver selon le lieu: sanglier, renard, chat sauvage, hibou, aigle, vautour, percnoptère, lézard, vipère couleuvre…

La végétation quant à elle est typiquement méditerranéenne. Parfois clairsemée à la manière d’une steppe, parfois même quasi inexistante, alors qu’elle est plus présente et plus touffue dans d’autres zones. L’agriculture bien que parfois symbolique à certains endroits est de plus en plus présente et a contribué fortement à façonner le paysage.

Lire plus

Que de couleurs…

Posté le le 31 mai, 2015 | 1 commentaire

Cliquez ICI… avec ces magnifiques oiseaux que sont les guêpiers.

Chaque année, début mai ils reviennent d’Afrique pour nicher dans le sud de l’Europe.

Pour ce faire, ils creusent un terrier dans un terrain meuble pouvant atteindre 2 mètres de profondeur dans lequel la femelle pondra de 4 à 7 œufs blancs.

Le guêpier se nourrit d’insectes qu’il capture en vol et comme son nom l’indique, la majorité d’entre-eux sont des guêpes, abeilles ou autres bourdons qu’il frappe vigoureusement sur un support afin des les tuer et éviter ainsi d’être piqué.

C’est grâce à ses cris roulés caractéristiques qu’on peut  le reconnaître même quand on le discerne à peine dans le ciel.

Il a la taille d’un merle, avec une envergure entre 40 et 50 cm, une longueur allant de 26 à 29 cm pour un poids de +/- 60 grammes.

A la fin de l’été, sa nourriture favorite diminuant, il entamera son long voyage de migration vers l’Afrique.

 

Lire plus

Les squatteurs !

Posté le le 14 mai, 2015 | 0 commentaire

Cliquez-iciCe soir-là, dans l’espoir d’y voir les jeunes de l’année, je décide de retourner visiter un terrier de blaireaux où il y a une quinzaine de jours j’avais pu observer un adulte.

Bien en place, depuis une heure, j’ai l’attention attirée par un mouvement sur ma gauche… une forme rousse se faufile prudemment entre les troncs de la futaie.

Je comprends rapidement qu’il s’agit d’un renard et en l’observant un peu mieux je me rends compte qu’il a un mulot dans la gueule. Heureusement pour moi qu’elle est venue de ce côté sans quoi mon odeur aurait pu trahir ma position !

Elle (car c’est une renarde) s’avance alors vers un trou du terrier creusé par les blaireaux et quelle n’est pas ma surprise de voir 4 renardeaux affamés se ruer sur leur mère tout en se piétinant allègrement. Face à cette horde déchaînée, la renarde abandonnera le mulot les laissant se débrouiller entre eux.

Ceux-ci vont se disputer le repas et comme bien souvent dans la nature ce sera le plus costaud qui l’emportera. Les autres résignés alterneront jeux, courses et périodes de repos tout en passant d’une entrée du terrier à une autre.

Ce n’est pas rare que des renards réutilisent des vieux terriers de blaireaux et cohabitent parfois très près l’un de l’autre, mais je doute que le raffut fait par ces renardeaux plaise aux blaireaux car ce soir-là je ne les ai pas revus.

La surprise n’en était pas moins belle.

Lire plus

Les locataires du vieux pommier

Posté le le 3 mai, 2015 | 0 commentaire

Cliquez ICIDepuis plusieurs années ce verger est fréquenté par un couple de chevêches d’Athéna. Elles apprécient particulièrement les vieux pommiers car avec l’âge ils deviennent creux et c’est l’endroit idéal pour s’y abriter en vue de la couvaison.

Malheureusement ils deviennent de plus en plus rares car leurs propriétaires ont tendance à les couper du fait qu’ils ne sont plus productifs sans se douter qu’ils sont un élément essentiel pour la survie de l’espèce et ce même s’ils sont progressivement remplacés par des nichoirs artificiels plus sécurisants vis à vis des prédateurs.

Encore appelée la chouette aux yeux d’or, elle est la plus diurne de nos rapaces nocturnes.

Mesurant à peine 20 cm, elle a une envergure d’environ 55 cm. Elle est surtout active au crépuscule et la nuit. Elle chasse grâce à la vue et l’ouïe, dans l’air et au sol. Son éventail alimentaire est très large et est composé d’insectes, d’invertébrés, de petits oiseaux, d’amphibiens et de reptiles.

Particulièrement attachantes, c’est un réel plaisir de les retrouver chaque année même si cette année les conditions de lumière n’étaient pas des meilleures.

Lire plus

Ça bouge en forêt !

Posté le le 10 mars, 2015 | 1 commentaire

Cliquez ICILa neige a bien fondu ces derniers jours, le soleil montre enfin le bout de son nez, les températures remontent et les jours allongent, de quoi rendre le moral !

C’est visiblement le cas aussi chez les chevreuils car depuis quelques jours ils sont bien présents sur les gagnages.

Pour ce qui est de la qualité de l’herbe, ce n’est pas encore ça,  mais visiblement c’est mieux que de ronger l’écorce des arbrisseaux ou de manger les herbes sèches.

Lire plus

Vœux 2015

Posté le le 24 décembre, 2014 | 0 commentaire

Lire plus

Balade hivernale en fagne

Posté le le 15 décembre, 2014 | 0 commentaire

Cliquez ICI

L’hiver est à nos portes… Ce weekend les premières neiges ont fait leur apparition dans nos fagnes. Passages nuageux, soleil… difficile de résister à une petite balade vivifiante.

Lire plus

Le chant du cerf – Brame 2014

Posté le le 18 octobre, 2014 | 4 commentaires

Fin septembre… c’est le début de l’automne et je ne vous apprendrais rien en vous rappelant qu’avec lui commence la période du brame.

Réglés comme des horloges, les cerfs vont parfois parcourir plusieurs kilomètres pour se rendre sur les places de brame et tenter de conquérir quelques biches.

J’ai eu la chance d’en croiser plusieurs, aussi je vous propose de découvrir quelques photos de ces rois de la forêt ainsi que des paysages de la région.

Mais n’oublions pas non plus celles pour qui ils sont là, elles en valent tout autant la peine.

Lire plus

La tension monte…

Posté le le 26 août, 2014 | 1 commentaire

…chez les amateurs de cervidés car dans un mois le brame aura vraisemblablement commencé !

Par contre en forêt, c’est toujours la quiétude qui prédomine. Les hardes se font et se défont… les faons caracolent autour de leur mère, les petits cerfs accompagnent toujours les biches, quant à leurs aînés ils continuent de prendre des forces.

Lire plus

Des genêts aux digitales…

Posté le le 18 juin, 2014 | 0 commentaire

La péCliquez ICIriode entre la floraison des genêts et des digitales est souvent favorable aux observations. Les jours s’allongent de plus en plus et les animaux profitent pleinement de ces moments de quiétude qui leur sont proposés en dehors des activités humaines.

C’est également la période où les animaux perdent leur pelage hivernal, où l’herbe commence à devenir appétissante sur les gagnages, où la ramure des grands cerfs commence à prendre forme, où les faons viennent au monde…

Lire plus

Le “petit ours” de nos forêts

Posté le le 20 mai, 2014 | 3 commentaires

oursIl est court sur pattes, a un corps massif et une allure pataude.. autant de signes qui le font ressembler à un “petit ours”. Tout comme l’ours c’est un plantigrade (il pose l’entièreté de la plante du pied au sol).

Sa tête noire et blanche permet de le reconnaître sans erreur possible… il s’agit bien entendu du blaireau !

Très méfiant avant de quitter son terrier au crépuscule, il pointe le bout de son museau  à plusieurs reprises à la recherche de la moindre odeur qui trahirait une présence étrangère.

Une fois rassuré il sort du terrier pour se mettre en quête de nourriture.

Lire plus

Pâques en forêt

Posté le le 21 avril, 2014 | 0 commentaire

PâquesPas de lapin de Pâques, que des lièvres,  et encore moins de cloches ou d’œufs en chocolat.

Par contre ces derniers jours, j’ai pu croiser des cervidés, chevreuils ou encore quelques sangliers.

Bientôt le mois de mai et quelques heureux événements en perspectives.

Lire plus

Le cerf blanc ne serait pas une légende…

Posté le le 1 avril, 2014 | 1 commentaire

 

La légende de Saint-Hubert (patron des chasseurs) raconte qu’un cerf blanc 10 cors jaillit d’un fourré, s’arrêta net et se tourna vers lui… eh bien, je l’ai rencontré ce matin…

Non… pas Saint-Hubert, mais le cerf blanc !

Quelle ne fut pas ma surprise de le voir sortir du fourré d’épicéas (dépourvu de ses bois à cette époque). Juste le temps de faire quelques photos et il disparut comme par enchantement.

En fait il s’agit plus que vraisemblablement d’un animal atteint de leucisme.

Le leucisme est une particularité génétique due à un gène récessif, qui donne une couleur blanche au pelage ou au plumage, mais sans affecter la couleur des yeux qui reste normale, au contraire des vrais albinos qui possèdent des yeux rouges.

Lire plus

Les jours rallongent…

Posté le le 8 mars, 2014 | 6 commentaires

Chaque année c’est avec la même satisfaction que je vois les jours s’allonger… l’hiver (même si nous n’avons pas vraiment eu cette année) est pratiquement derrière nous. La période est propice aux observations à commencer par les chevreuils que l’on voit de plus en plus sur les gagnages ou en prairies.

Lire plus

Plumes en tout genre

Posté le le 28 janvier, 2014 | 2 commentaires

L’hiver est la bonne saison pour observer ces petites boules de plumes. Cette année par contre l’hiver n’a pas encore vraiment démarré et la fréquentation des oiseaux dans le jardin s’en ressent !

Quelque part ce n’est pas plus mal car cela signifie très certainement qu’ils ne souffrent pas de la faim. Ha Ha

Lire plus

Matinée givrée en fagne

Posté le le 15 janvier, 2014 | 0 commentaire

Au menu météo de dernier weekend… brouillard givrant et un peu de soleil une fois celui-ci dissipé !

Belle invitation pour se rendre en fagne et espérer quelques belles lumières.

A vous de juger.

Lire plus

La mouette tridactyle

Posté le le 7 janvier, 2014 | 0 commentaire

Comme son nom l’indique cette mouette possède une signe distinctif déterminant, elle ne possède que 3 doigts antérieurs. Ses pattes sont palmées et courtes.

D’une taille de 40cm et d’une envergure de +/- 95cm, elle peut vivre plus de vingt ans.

C’est une espèce marine qui ne fait que de rares incursions dans les terres. Elle niche en colonies dans des falaises où elle profite d’une anfractuosité pour y construire un nid à l’aide de terre, d’herbes et d’algues sèches.

Elle a un instinct grégaire très prononcé, que ce soit lors de la nidification ou lors de la recherche de nourriture.

Elle se nourrit de crustacés, de mollusques et de petits poissons.

Lire plus

A la découverte du chevreuil

Posté le le 11 décembre, 2013 | 1 commentaire

Perçu comme un animal gracieux, curieux et presque jovial, le chevreuil égaye de sa présence nos paysages de campagne et forêts.

Sa petite taille lui vaut d’être pris pour le petit du cerf ou même parfois pour une petite biche.

Il n’en est rien, le chevreuil est bien une espèce à part entière que je vous invite à découvrir via ces panneaux didactiques que j’avais créé à l’occasion d’une exposition organisée en 2011 par le Syndicat d’Initiative de Francorchamps.

Lire plus

Le fulmar boréal

Posté le le 17 novembre, 2013 | 0 commentaire

Spécialiste du vol plané, le fulmar boréal est parfaitement adapté au vol aérien. La forme de ses ailes lui permet d’affronter les pires conditions climatiques tout en maintenant un vol souple.

Hormis pendant la période de reproduction pour laquelle il rejoint les falaises en bord de mer, il vit en haute mer toute l’année et se nourrit au ras de l’eau.

Une de ses particularités biologiques est qu’il possède une glande de dessalage, ce qui lui permet de boire l’eau de mer. Le sel est rejeté par les narines lesquelles sont situées au dessus d’un bec crochu et ont une forme de tuyau.

Le fulmar boréal se nourrit principalement de poissons et d’invertébrés marins, mais il ne dédaigne pas les débris de poissons et les charognes. Il pêche en prenant les proies à la surface tandis qu’il est posé sur l’eau. Ils se rassemblent en groupes autour des bateaux-usines pour se rassasier des débris de poissons qui sont rejetés à la mer.

Pour se défendre, le fulmar crache une sortie d’huile jaunâtre nauséabonde.

Le fulmar vit en moyenne une trentaine d’année et peut exceptionnellement atteindre les 50 ans. Il a une taille de 40 à 45 cm pour une envergure de plus d’un mètre.

Lire plus

L’automne en fagne

Posté le le 4 novembre, 2013 | 1 commentaire

L’automne est une de mes saisons préférées pour me promener en fagne (avec l’hiver, le printemps et l’été Big Smile).

Une fois la brume dissipée et lorsqu’un rayon de soleil l’illumine elle a des couleurs fantastiques.

Lire plus

Le brame du cerf 2013 – Suite et fin !

Posté le le 21 octobre, 2013 | 1 commentaire

Bien caché en lisière avec un vent favorable je contemple la petite fagne qui à la faveur d’une trouée dans les nuages, vient de prendre une couleur rosée.

Le soleil se couche sur ces quelques hectares enclavés dans la forêt, lesquels sont depuis quelques jours le terrain de jeux de quelques cerfs.

Soudainement tout se précipite… deux cerfs sortis de je ne sais où viennent d’entamer une marche parallèle et avancent dans ma direction… c’est le signe avant-coureur d’une bagarre imminente !

Les raires que se lançaient les deux protagonistes depuis les fourrés environnants n’ont pas suffit à décourager l’un des deux, ils vont donc en découdre !

Ils sont trop près pour les avoir ensembles sur la même photo… aussi, je les photographie alternativement attendant impatiemment l’affrontement !

Je regarde de temps en temps par dessus le boitier pour mieux les situer… ils continuent d’avancer dans un silence étonnant… seul le vent et quelques raires lointains sont encore audibles. Ils ne sont plus qu’à une vingtaine de mètres… la tension est palpable et mon cœur bat de plus en plus fort !

Comme dans une chorégraphie bien réglée, les deux cerfs font brusquement volte face… l’un des deux lâche un raire puissant en s’avançant brusquement vers son adversaire le forçant à reculer ! C’en est trop… il refuse le combat et prend la fuite dans ma direction, bientôt poursuivi par son adversaire qui gueule tant et plus.

Je vois passer furtivement son image floue dans mon viseur… je le sens tout près ! Il vient de virer tout en passant à moins de 5 m de ma position.

Le vainqueur s’arrête, là à quelques mètres, se tourne vers son adversaire et savoure sa victoire en bramant aussi fort qu’il le peut dans sa direction.

Le combat n’a pas eu lieu, mais le moment n’en était pas moins intense.

La suite en images avec quelques autres scènes de ce brame 2013.

Lire plus

Le brame du cerf 2013 – Les préliminaires

Posté le le 16 octobre, 2013 | 1 commentaire

Dès la fin septembre c’est l’effervescence chez les cervidés ainsi que chez les amateurs du brame… si ce n’est que cette année les amateurs du brame étaient bien au rendez-vous, par contre les cerfs se faisaient plutôt discrets.

Un démarrage tardif et un brame irrégulier caractérisent cette année 2013.

Pourtant comme vous pourrez le voir dans cette première partie, les signes avant-coureurs étaient bien là… les biches étaient présentes, suivies de près par des petits cerfs qui tentaient tant bien que mal de les séduire.

Mais bientôt des raires puissants viendront refroidir leur ardeur…

Les grands cerfs arrivent ! La suite au prochain épisode

Lire plus

Le guillemot de Troïl

Posté le le 6 octobre, 2013 | 0 commentaire

Le guillemot de Troïl se tient debout à la façon d’un manchot. Il mesure +/-40 cm de haut.

C’est au printemps qu’il quitte la haute mer pour venir nidifier en colonies denses sur les parois abruptes des falaises et notamment dans l’Atlantique Nord.

Ces colonies pouvant compter plusieurs milliers d’individus, la place sur les parois est très disputée. Les nids se touchent fréquemment ce qui peut engendrer des disputes. Les oiseaux sont bruyants et leurs vocalisations rappellent des croassements.

La femelle pond un œuf unique en forme de poire à même la roche entre la mi-mai et début juin. Cette forme spécifique empêche l’œuf de rouler sur lui-même et de chuter dans l’eau.

Son vol est rapide et puissant, mais il excelle aussi dans la chasse sous l’eau. La profondeur moyenne de ses plongées est d’une trentaine de mètres mais il peut aller bien au-delà. Sa nourriture est essentiellement composée de petits poissons.

A noter que certains individus ont une forme spéciale du plumage avec une ligne blanche autour de l’œil qui continue vers l’arrière.

Lire plus

Le petit pingouin

Posté le le 21 septembre, 2013 | 0 commentaire

Du haut de ses 40cm, le pingouin torda est le seul pingouin de l’Atlantique Nord. Il passe la majorité de sa vie en haute mer et ne revient sur les côtes que pour se reproduire. Il niche sur les corniches rocheuses des côtes continentales et insulaires. C’est ainsi qu’on peut l’observer en Grande-Bretagne, Islande, Scandinavie et un tout petit peu en France.

Il pond un œuf unique à même la roche. Ce dernier est conique pour éviter qu’il ne roule en contrebas de la falaise et il est couvé alternativement par les deux parents.

Le pingouin torda est grégaire et c’est en groupe qu’il pêche en plongeant dans les bancs de poissons.

Lire plus

Paysages montagnards

Posté le le 8 septembre, 2013 | 2 commentaires

Avec ses paysages variés et changeants selon la lumière et la météo du jour, la montagne reste toujours aussi attirante.

Voici un petite sélection de photos réalisées des Vosges au massif de la Vanoise.

Lire plus

Contre-jours

Posté le le 1 septembre, 2013 | 2 commentaires

Ces derniers temps la direction du vent a fait que je me suis très souvent retrouvé à contre-jour face aux animaux. Ce sont des situations qui ne sont pas pour me déplaire car généralement une lumière matinale de face ou de

3/4, un peu de brume donnent généralement une ambiance particulière aux prises de vue. Alors en attendant le brame d’ici quelques semaines, voici déjà quelques cervidés dans ces ambiances que j’apprécie.

Lire plus

Spectacle royal

Posté le le 24 août, 2013 | 1 commentaire

Eh non…  je ne vous parlerai pas du baby royal anglais ou de notre nouveau roi, mais plutôt d’un rapace que j’apprécie particulièrement, le milan royal.

Avec une taille de 60 à 70cm et une envergure de 140 à 165cm, il est le plus grand rapace diurne de Belgique.

Ce bel oiseau se reconnait facilement à sa longue queue rousse triangulaire et profondément échancrée lorsqu’elle est refermée, sa tête grisâtre et son plumage roux. Il possède par ailleurs deux tâches blanchâtres sous les ailes qui confirment  son identification. Son dos constitué de plumes allant du brun-roux au noir est également très esthétique. Le tout couplé à un vol lent et majestueux fait du milan royal un des rapaces les plus élégants.

Il vit dans les espaces ouverts, en bordure de forêts  au dessus desquels il plane à la recherche de nourriture. Celle-ci est constituée majoritairement de micromammifères  mais il ne dédaigne pas non plus consommer des invertébrés ou des restes d’animaux.

Le milan est considéré comme un semi-migrateur, car selon les régions il peut hiverner sur place ou migrer vers le sud.

Donc quand on apprécie les rapaces et qu’on a la chance de pouvoir observer ce bel oiseau, par ailleurs protégé en France et en Belgique, il faut en profiter !

Lire plus

Passage sur les crêtes vosgiennes

Posté le le 20 août, 2013 | 0 commentaire

Cela faisait plus de 2 ans que je n’avais plus fait de halte dans les Vosges pour y randonner et si possible y photographier des chamois.

Ce fut chose faite il y a quelques jours au retour d’un séjour en Vanoise.

C’est donc de très bonne heure que je me mis en route. Malheureusement je dus vite déchanter car plus je montais plus le brouillard s’intensifiait… les résidus des orages de la veille masquaient totalement la crête! Il ne me restait plus qu’à espérer que ça se lève très vite sans quoi ma sortie photo était compromise.

Avançant à pas feutrés, je finis enfin par discerner une silhouette familière.. les chamois étaient bien là ! Il ne restait plus qu’à attendre bien caché dans la pente sous un arbuste que le brouillard se lève.

Lire plus

Chapeau conseillé !

Posté le le 22 juillet, 2013 | 1 commentaire

Si vous avez l’occasion de visiter les îles de Farne, je vous conseille vivement de prendre un chapeau avec vous lorsque vous débarquerez sur Inner Farne.

Vous aurez en effet vite pris conscience de son utilité dès que vous aurez posé le pied sur terre et que des sternes arctiques viendront vous harceler en vous becquant sur la tête.

La raison de cette agressivité est liée au fait que tout visiteur débarquant sur l’île en cette période de nidification est considéré comme un prédateur vis-à-vis des œufs posés à même le sol. La colonie est toujours surveillée par une sentinelle qui dès qu’elle alerte provoque l’envol de toutes les sternes pour une attaque en règle. Et parfois il n’y a pas que des coups de bec, certains visiteurs en auront été pour un nettoyage de leurs vêtements.

La sterne arctique est la plus agressive des sternes, ça on l’a compris ! Mais c’est également un des rares oiseaux  migrateurs qui a l’occasion de voir deux étés par an. En effet elle vient se reproduire dans l’hémisphère nord et passe notre été près de l’Arctique. Elle prend ensuite son courage à deux ailes pour entamer un long voyage  vers l’Afrique australe, l’Australie ou l’Antarctique, soit un voyage de 35000 km qu’elle effectue en 4 mois.

Bel exploit pour ces oiseaux qui ne sont pas spécialement de grands voiliers.

Ces oiseaux très élégants ont une taille est de 33 à 35 cm pour une envergure de 80 à 95 cm.

Lire plus

Le petit clown de mer

Posté le le 11 juillet, 2013 | 3 commentaires

Quand on se rend en Ecosse pour y observer des oiseaux, il n’est pas imaginable de ne pas faire un détour par les colonies de macareux moines.

A peine plus haut que 3 pommes (26 à 29cm), il est reconnaissable entre tous grâce à son bec coloré. Ce dernier ne prend toute son importance et ses couleurs qu’au moment de la reproduction suite à l’apparition de couches cornées colorées.

Une fois la période de reproduction terminée, il perdra ces plaques ornementales réduisant par la même occasion la taille de son bec.

Sa silhouette rondouillette, son costume noir et blanc, ses pattes orangées, son gros bec coloré et ses sourcils bien marqués autour d’un œil cerclé de rouge lui donnent cette apparence de petit clown triste, attirant par la même occasion la sympathie des observateurs que nous sommes.

Vivant la majorité de son temps en haute mer, ce n’est qu’au moment de la reproduction qu’on peut l’observer sur terre. Il vient y pondre un œuf unique au fond d’un terrier préalablement creusé (il lui arrive d’ailleurs de récupérer les terriers des lapins de garenne).

Après l’éclosion, les parents vont nourrir le petit pendant 40 jours puis ils l’abandonneront pour repartir en mer. Poussé par la faim le jeune macareux finira par sauter de la falaise (avant de savoir voler) pour aller se nourrir en mer.

D’un point de vue photographique et comme ces îles ne sont généralement accessibles qu’en milieu de journée (pour 2 heures seulement), j’aurais presque souhaité un temps couvert. Le soleil compliquant considérablement la gestion du blanc et noir de leur plumage.

Mais ce n’est que détail… tant ces quelques heures passées en leur compagnie furent agréables.

Lire plus

Ces derniers jours en forêt…

Posté le le 7 juillet, 2013 | 1 commentaire

Avant de poursuivre les mises à jour sur la faune écossaise, bref retour dans la forêt afin de s’assurer que tout va bien.

Plutôt qu’on long discours, voici quelques photos réalisées pendant ces 15 derniers jours.

Lire plus

Bande de fous !

Posté le le 24 juin, 2013 | 4 commentaires

Ne vous méprenez pas… je parle bien évidemment des fous de Bassan.

Ces grands oiseaux blancs vivent toute l’année en haute mer et ce n’est qu’en mars-avril qu’ils se rassemblent en colonies pour nidifier.

Avec son envergure qui peut atteindre les 180 cm et son corps fuselé de 80 à 90 cm, il peut parcourir très facilement de grandes distances et se déplacer à 200km pour trouver de la nourriture. Des études ont d’ailleurs démontré que grâce à ses capacités à exploiter les courants d’air, 500km par jour ne sont pas un problème pour les fous de Bassan.

Sa vue perçante lui permet de repérer les bancs de poissons sur lesquels il plonge d’une hauteur de  10 à 30 m atteignant une vitesse au contact de l’eau de +/- 100km/h. L’onde de choc ainsi provoquée étourdit les poissons.

Pour  réduire l’impact au contact de l’eau, il ramène ses ailes vers l’arrière, ce qui le transforme en une véritable flèche.  Il plonge jusqu’à une profondeur de 10m sous le banc de poissons  et c’est en remontant qu’il attrape et avale sa proie avant même d’avoir refait surface.

C’est ce comportement qui lui a valu la première partie de son nom car les premiers observateurs (des pêcheurs écossais) ne comprenaient pas pourquoi ces oiseaux plongeaient dans la mer de manière insensée pour remonter quelques secondes  plus tard sans le moindre poisson. La seconde partie de son nom français lui vient de l’ïle de Bass, un des lieux où se rassemblent de nombreux fous de Bassan pour nidifier.

Comme vous pourrez le voir sur les photos, c’est un oiseau très élégant tant en vol que par son plumage. L’adulte est d’un blanc immaculé avec le bout des ailes noir et la tête jaunâtre. Son bec est légèrement bleu ciel, de même que le contour de ses yeux. Les juvéniles ont tout d’abord un plumage brun foncé la première année, puis  progressivement des plumes de plus en plus claires prendront place sur la tête puis le reste du corps.

C’est à l’âge de 5 ans qu’il devient adulte.

Autant en mer ils sont  silencieux et en petits groupes, autant lorsqu’ils se retrouvent en colonies ils sont  très nombreux et bruyants. Les parades nuptiales, têtes vers le ciel et frottements de becs, précèdent les accouplements. Le couple ainsi formé l’est à vie et défendra bruyamment son nid contre toute tentative d’intrusion.

Faut être fou pour essayer !

 

Lire plus

Les îles britanniques

Posté le le 20 juin, 2013 | 1 commentaire

En ce début juin, nous avons passé quelques jours en Ecosse avec un passage rapide par l’Angleterre. Le but était d’ observer principalement les oiseaux pélagiques (qui vivent en haute mer) qui pour quelques mois reviennent sur terre pour  nicher.

Ces pays étant tellement riches en biodiversité que les rencontres y ont été nombreuses et variées. Aussi avant  de vous présenter quelques photos de ces espèces, voici quelques paysages des régions traversées.

Que ce soient des falaises abruptes abritant les oiseaux nicheurs, des paysages verdoyants et arborés d’Angleterre, des montagnes arides au centre de l’Ecosse abritant des lacs tous plus beaux les uns que les autres, des châteaux légendaires… aux petites criques écossaises de sable fin dont l’eau couleur émeraude n’est pas sans rappeler certaines plages exotiques (hormis la température), ou encore ces petites îles disséminées un peu partout… bref, il y en a vraiment pour tous les goûts !

A vous de vous faire une idée.

Lire plus

Les terrassiers

Posté le le 21 mai, 2013 | 0 commentaire

Cela fait maintenant quelques semaines que je rends visite régulièrement à une famille de blaireaux.

Au début, toutes mes visites se sont soldées par un échec, à tel point que je me posais des questions  quant à la survie de la famille après cette période de gel très longue.  Mais quelques traces d’activité, me laissaient quand même espérer les apercevoir un de ces soirs.

Ce fut le cas un peu plus tard où un premier blaireau puis un second me firent le plaisir de quitter leur terrier avant la tombée de la nuit.

Dès leur sortie, le cérémonial est  toujours le même. Le blaireau commence par faire sa toilette personnelle, puis renouvelle sa litière. Pour ce faire il rassemble des feuilles entre ses pattes avant et sa mâchoire inférieure, puis à reculons, il ramène le tout dans le terrier.

En observant ces deux blaireaux faire leur toilette, je me suis rendu compte qu’un des deux était une blairelle et qu’elle avait des mamelles gorgées de lait. Bonne nouvelle… je pouvais donc espérer apercevoir un blaireautin.

Comme supposé, un premier blaireautin  se présenta  quelques jours plus tard avec sa mère et puis ce dernier weekend, ce fut la famille au grand complet soit 2 adultes et 2 petits.

Alors que d’ordinaire les blaireaux adultes partent se nourrir dans les prairies toutes proches, cette fois ils sont restés avec les petits dans un rayon  de quelques mètres autour du terrier pour fouiller dans les feuilles à la recherche de nourriture. Je suppose que ce comportement fait partie de l’apprentissage des petits.

Lire plus

Par le trou dans la haie…

Posté le le 12 mai, 2013 | 2 commentaires

Ce matin, le vent est fort, le ciel se partage entre averses parfois de grêle et éclaircies… ce ne sont pas les saints de glace pour rien !

Dans la prairie, sous la haie, une famille de renards a vu le jour. Ils sont cinq renardeaux qui, malgré la météo maussade, sortent régulièrement du terrier pour découvrir le monde environnant.

Moi, je suis de l’autre côté de la haie, je les observe depuis deux heures. Régulièrement, ils viennent voir ce qu’est ce gros œil noir qui les observe.

Quel plaisir !

Lire plus

Coucou… Coucou… Coucou…

Posté le le 4 mai, 2013 | 2 commentaires

Ce n’est jamais avril si le coucou ne l’a dit…

Vous connaissez tous son chant caractéristique qui fin avril début mai résonne dans nos forêts et clairières, mais l’avez-vous déjà vu ?

Généralement il est difficile à observer dans de bonnes conditions, aussi ai-je ressorti de mes cartons cette série de photos faites en 2007, où un coucou un peu curieux s’est approché de mon objectif.

Lire plus

Les premiers beaux jours

Posté le le 24 avril, 2013 | 0 commentaire

Cette fois le doute n’est plus permis, le printemps est bel et bien là ! En témoignent ces jonquilles qui fleurissent en bord de fagne.

Non  loin de là, après un hiver particulièrement long, les cervidés profitent des premières pousses d’herbe fraîche pour reprendre des forces avant la période des naissances qui s’annonce d’ici quelques semaines.

Lire plus

Ca y est !

Posté le le 9 avril, 2013 | 0 commentaire

Serait-on quitte de l’hiver ? Espérons ! Tout semble en tous cas l’indiquer. Ha Ha
Les températures commencent à revenir à des normales saisonnières, ce qui a pour effet de faire fondre la neige et d’enfin rendre accessibles les végétaux tant convoités par le gibier à cette période.
Il devra cependant encore un peu patienter car ici près des hautes fagnes, ce n’est pas encore demain que la nouvelle herbe fera son apparition…
Mais visiblement les animaux préfèrent… c’est quand même mieux que de manger de l’écorce !

Voici donc quelques photos de ce weekend juste pour le plaisir de les revoir.

Lire plus

Aurore boréale en fagne !

Posté le le 1 avril, 2013 | 2 commentaires

Selon les mesures prises par le satellite NOAA POES du Space Weather Prediction Center, cette nuit était annoncée plus que favorable à l’observation d’une aurore boréale sous nos latitudes.  Je suis d’ailleurs étonné que les medias n’en aient pas parlé.

J’ai donc tenté le coup en me rendant dans la grande fagne wallonne dès la nuit tombée… le plateau fagnard devant me permettre d’avoir un ciel dégagé vers le nord.

Heureusement que le hululement des chouettes était là pour me faire passer le temps, car pendant plus d’une heure il n’y avait absolument rien à voir.

C’est alors que je m’apprêtais à plier bagage que le ciel s’est éclairé d’une couleur verte… Des draperies ondulaient lentement dans ce ciel parfaitement dégagé. Quel spectacle !

En cliquant sur la photo vous pourrez découvrir quelques clichés peu communs pour notre région.

Lire plus

Frénésie au jardin

Posté le le 10 mars, 2013 | 0 commentaire

La nouvelle offensive hivernale n’y est certainement pas étrangère, mais ce weekend ça se bouscule dans la jardin..

Grosbecs, tarins, pinsons, sizerins, bouvreuils, écureuil… se bataillent pour prendre possession de la mangeoire.

Vite, vite… manger avant que la neige ne recouvre à nouveau tout.

Lire plus

L’effet Orton

Posté le le 5 mars, 2013 | 0 commentaire

L’effet Orton, du nom d’un photographe canadien qui l’a inventé.

Il s’agit d’un traitement que l’on applique a posteriori à la photo à l’aide d’un programme de traitements d’images. Il convient généralement mieux à des paysages… cela leur donne un aspect vaporeux avec une saturation plus prononcée des couleurs.

Ce n’est pas sans rappeler les effets de David Hamilton que certains auront bien connu.

Bien que cela puisse plaire dans certaines circonstances, je ne suis pas spécialement fan de ce type de traitement, mais comme il faut bien meubler en cette période un peu plus calme… c’était un moyen de continuer à parler de photos.

Lire plus

Un weekend hivernal

Posté le le 10 février, 2013 | 1 commentaire

Déguisements, serpentins ou confettis pour certains… neige, soleil et paysages de cartes postales en ce qui me concerne.

Le plateau ardennais est toujours aussi beau. Que ce soit le matin dans des tons de gris avec un soleil qui perce au travers des nuages bas ou avec des tons pastels de la fin de journée à la nuit tombée.

Lire plus

Les amours du spirou ?

Posté le le 4 février, 2013 | 0 commentaire

Spirou… nom issu du patois wallon pour désigner un écureuil ou un enfant espiègle.

Espiègles, ils l’ont été les écureuils qui se weekend ont visité mon jardin..

Tandis que l’un se nourrissait des graines destinées aux oiseaux, l’autre faisait le pitre en grimpant aux arbres ou en gesticulant entre de vieilles souches. A moins que cette course effrénée ne soit tout simplement destinée à séduire une femelle ? Big Smile

En effet c’est en janvier que commence généralement la saison des amours. Le mâle tourne alors autour de la femelle et se lance dans de longues poursuites dans les branches, ponctuant sa course et ses bonds, souvent spectaculaires, de cris. Au terme de cette cérémonie, la femelle accepte la présence du mâle, et l’accouplement peut avoir lieu.

Ce fut loin d’être le cas, le second écureuil continuant imperturbablement à manger… Va falloir revoir la stratégie Ha Ha

Cela dit, tantôt sous la pluie que sous la neige ils ont donné de l’animation dans le jardin.

Lire plus

Le verdier d’Europe

Posté le le 23 janvier, 2013 | 0 commentaire

Le verdier n’attire pas forcément l’attention, pourtant il s’agit là d’une espèce assez commune qui fréquente couramment les mangeoires en cette période hivernale.

On le remarquera peut-être d’abord par son agressivité vis à vis des autres oiseaux qui tentent de s’approcher.

Le verdier mesure entre 14 et 15 cm et pèse de 25 à 35 grammes. Il dispose d’un bec trapu qui l’aide à ouvrir les graines.

Le mâle est vert jaune olivâtre avec des taches jaunes vives sur les ailes. La femelle est nettement plus terne.

En été, il vit en lisière de forêt et on peut le voir couramment dans les prairies non fauchées à la recherche de graines ou petits insectes.

Ce n’est pas spécialement un oiseau migrateur et il est répandu dans toute l’Europe. Cela n’empêche que des oiseaux du grand nord peuvent lors d’hivers rigoureux redescendre jusque dans nos régions.

Lire plus

La mésange noire

Posté le le 6 janvier, 2013 | 0 commentaire

Vivant essentiellement dans les forêts de conifères, la mésange noire se nourrit majoritairement de petits insectes nuisibles qu’elle trouve en fouillant les branches des résineux. En hiver lorsque les insectes ont quasiment disparu, son régime alimentaire est constitué de graines des résineux qu’elle fréquente.

C’est une de nos plus petites mésanges, elle pèse de 8 à 10 grammes pour une taille de +/- 11 cm.

Tout comme la mésange charbonnière, elle a les joues blanches et une calotte noire. Elle se distingue cependant de cette dernière par une ligne noire sur la nuque et l’absence de couleurs vives.

La mésange noire est très active et se caractérise par ses attitudes acrobatiques qui lui permettent entre autre, en période de neige, de trouver de la nourriture sous les aiguilles des résineux.

Lire plus

L’hiver est à nos portes

Posté le le 9 décembre, 2012 | 1 commentaire

Ces derniers jours, les premières chutes de neige ont fait leur apparition sur notre pays, avec ce matin une accumulation de plus de 30 cm sur le plateau fagnard.

Inutile de vous dire que les paysages sont dignes de cartes postales, allant des couleurs chaudes au soleil couchant aux tons pastels une fois ce dernier derrière l’horizon.

La brume s’élève alors progressivement annonçant une nuit polaire sur la fagne.

Conditions évidemment difficiles pour les animaux qui plus que jamais ont des difficultés pour trouver de la nourriture.

Lire plus

Galeries photos new look

Posté le le 4 décembre, 2012 | 0 commentaire

La modification des galeries photos est en route… prétexte pour vous proposer quelques photos faites ces dernières semaines. Les galeries principales accessibles via les grandes photos en entête du site ont déjà été recréées dans un format désormais compatible avec les iphones ou les tablettes ipad.

Progressivement toutes les galeries proposées dans les articles seront également mises à jour.

Lire plus

Les piafs sont de retour…

Posté le le 9 novembre, 2012 | 0 commentaire

Traditionnellement, c’est début novembre que je remets au jardin la mangeoire pour les oiseaux. Sitôt celle-ci approvisionnée, il ne faut que quelques heures pour que les “piafs” du voisinage  lui rendent visite.

Ce ne sont pas des espèces rarissimes… mais c’est toujours un plaisir de les revoir.

Lire plus

Le grand voyage…

Posté le le 28 octobre, 2012 | 0 commentaire

Il fait encore presque nuit. Le vent du nord est fort et il fait froid, à tel point que quelques flocons sont venus saupoudrer le plateau fagnard la nuit dernière. Il faudra en plus attendre que les nuages bas se dissipent pour espérer récupérer un peu de chaleur du soleil levant.

Je regarde machinalement dans la coupe à blanc si des cervidés ne sont pas présents… rien ! Pourtant quelque chose vient de bouger dans les hautes herbes. J’ajuste mes jumelles et à mon grand étonnement, j’aperçois 3 grues, là… posées… elles sont calmes et font leur toilette. Trop occupées, elles n’ont pas remarqué ma présence.

Je vais avoir le plaisir de les observer pendant presque 3/4 heure.

C’est qu’elles sont bien contre les épicéas à l’abri du vent, car en ce qui me concerne ce n’est guère la cas… face à ce vent qui souffle en bourrasques et immobile, le froid finit par transpercer mes vêtements. Peu importe, ce n’est pas tous les jours que j’aurais l’occasion d’avoir des grues si proches de mon objectif.. dommage que le soleil n’est pas de la partie !

Elles prendront enfin leur envol à l’appel d’autres grues déjà en route pour le sud.

Le soleil quant à lui percera progressivement les nuages me permettant d’apercevoir d’autres passages de grues en route pour leur grand voyage.

Voici donc quelques photos de cette rencontre avec quelques ambiances de cette matinée.

Lire plus

Le brame… du noir et blanc à la couleur !

Posté le le 17 octobre, 2012 | 4 commentaires

Quel drôle de titre allez vous dire pour annoncer des photos sur le brame du cerf !

En effet, cette année le brame a été assez irrégulier. Les vents tempétueux ont peut-être eu raison de la vigueur des cerfs à se reproduire…  à moins qu’ils ne se soient tout simplement abrités dans les fourrés !

Ces vents souvent accompagnés de gros nuages apportant des pluies parfois diluviennes, ont eux eu raison de la luminosité nécessaire pour donner des images bien colorées.

Aussi ai-je pris le parti de vous présenter les photos réalisées dans ces mauvaises conditions de lumière en noir et blanc… le bruit électronique devenant le grain de la photo comme au temps des films argentiques que plusieurs d’entre-nous ont bien connu !

Et puis avec le soleil qui perce progressivement les nuages ou la brume matinale.. c’est le retour à des images de plus en plus colorées.
En espérant que ces photos puissent malgré tout vous faire vivre ces moments que beaucoup d’amateurs de cerfs attendent chaque année … Angry

Lire plus

L’or des fagnes

Posté le le 2 octobre, 2012 | 0 commentaire

La molinie a pris ses couleurs automnales, donnant à nos fagnes un air de savane africaine.

Lire plus

Paysages montagnards

Posté le le 24 septembre, 2012 | 1 commentaire

Pour clore ces mises à jour montagnardes, voici quelques paysages réalisés dans le Val d’Aoste et le Valais Suisse.

Lire plus

Neiges perpétuelles

Posté le le 11 septembre, 2012 | 0 commentaire

Classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, le site des Alpes Suisses Jungfrau-Aletsch, permet de découvrir le spectacle du monde des glaciers.

Des 824 km² qu’il représente, 42% sont recouverts de glace. 167 glaciers de toutes tailles forment la plus grande surface glaciaire des Alpes d’un seul tenant.

Le grand glacier d’Aletsch, plus grand glacier des Alpes est au coeur de cette étendue.

Pour vous donner une idée, ce glacier fait encore aujourd’hui 23 km de long; 81.7 km²; à la jonction des 3  névés qui le forment il a une épaisseur de 900 mètres; son poids est estimé à 27 milliards de tonnes ce qui correspond au poids de 72.5 millions de jumbo-jets ! Oh Really?

En comparaison, la mer de glace à Chamonix (peut-être mieux connue du grand public), c’est “seulement” 7km de long et 200 mètres d’épaisseur.

D’autres grands fleuves de glace sont également des éléments dominants du site (Fiescher 31.2 km²; Oberaletsch 19 km²; Unteraar 24 km²…).

Cependant le recul dramatique et continu des glaciers alpins depuis la grande glaciation du milieu du 19° siècle tend à prouver que les “neiges éternelles” ne le sont plus vraiment. Cette récession est liée au réchauffement climatique naturel d’une part et aux activités humaines d’autre part.

Lire plus

Le chocard à bec jaune

Posté le le 28 août, 2012 | 0 commentaire

Bien connu des habitués de la montagne, le chocard à bec jaune fréquente les hauts patûrages de montagne proches des falaises et ravins rocheux.

C’est un oiseau très sociable qui se déplace en groupes qui peuvent parfois dépasser la centaine d’individus.

Il fait preuve d’une grande habilité en vol, utilisant à la perfection les courants thermiques pour raser le flanc des montagnes.

C’est également un opportuniste qui n’hésite pas à se rapprocher des infrastructures humaines, une fois qu’il est question d’y trouver de la nourriture.

Lire plus

Quelques panoramiques…

Posté le le 5 août, 2012 | 1 commentaire

En complément des deux autres  mises à jour, voici pour terminer quelques vues panoramiques réalisées dans les Dolomites.

Lire plus

Les Dolomites en fleurs

Posté le le 19 juillet, 2012 | 1 commentaire

Au printemps, la montagne est réputée pour la quantité de fleurs qu’on peut apercevoir sitôt la neige fondue.

Difficile donc de passer à coté sans les photographier.

Lire plus

L’été est bien là !

Posté le le 8 juillet, 2012 | 0 commentaire

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’été est bien là ! Pour preuve… les digitales fleurissent donnant au paysage quelques notes de couleurs supplémentaires.

Pour les cerfs c’est la “grande venaison”, ils mangent énormément car ils ont besoin de forces pour d’une part terminer la repousse de leurs bois et pour ensuite d’ici l’automne se préparer au brame.

Les hardes de biches quant à elles se reforment progressivement sous la “direction” de la biche meneuse qui veille constamment à la sécurité du petit groupe.

Et chez le chevreuil, c’est la période du rut.

Les blaireaux quant à eux profitent des longues journées pour faire leur toilette à la lumière du jour.

Et puis il y a les levers du soleil, rarement deux fois les mêmes, comme par exemple cet arc-en-ciel dans le ciel rougi par un soleil qui quelques minutes plus tard pointera à l’horizon.

 

 

Lire plus

Rocs festival

Posté le le 1 juillet, 2012 | 3 commentaires

Le paysage des Dolomites est généralement considéré comme l’un des plus beaux paysages de montagne du monde, elles sont d’ailleurs classées au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le contraste entre les surfaces rocheuses nues de couleur claire et les forêts et prairies au dessous offre toute une harmonie de couleurs. Les montagnes s’élèvent en pics séparés par des ravins, parfois isolés et parfois se déployant en d’immenses panoramas. Que dire aussi des couleurs prises par ces roches au coucher du soleil…

Lors de ce voyage nous avons eu les 4 saisons en 10 jours.. allant de la neige à la canicule. Bien souvent le ciel était très chargé de nuages ce qui n’est pas pour me déplaire.

Voici donc quelques photos qu’il a bien été difficile de sélectionner.

 

Lire plus

Bambi

Posté le le 18 juin, 2012 | 0 commentaire

Cela fait maintenant 3 à 4 semaines que les biches ont mis bas.

Après quelques jours passés à couvert, les faons suivent maintenant leur mère partout.

Comme tous les jeunes, ils sont très jouettes… ils courent, sautent, tentent de grimper sur leur mère, goûtent du vieux foin… puis entre les coups, c’est l’allaitement et les moments de tendresse avec maman.

 

Lire plus

Une chouette aux yeux d’or

Posté le le 7 mai, 2012 | 0 commentaire

Il ne fait pas encore jour… une ombre passe au ras du sol, remonte à toute vitesse et vient se poser dans le vieil arbre. Une chevêche d’Athéna se poste à l’affût.

Cela fait maintenant quelques semaines que j’ai la chance de pouvoir suivre leurs évolutions d’arbres en arbres jusque parfois tard dans la matinée.

J’avais déjà eu l’occasion de vous présenter quelques photos l’année passée dans cet article. En voici maintenant quelques unes de ces quelques matinées printanières passées en leur compagnie.

Des petits rapaces vraiment agréables à observer.

Lire plus

La harde

Posté le le 27 avril, 2012 | 0 commentaire

La famille des biches est matriarcale, elle est constituée de la mère, du faon de l’année et du jeune de l’année précédente (que ce soit mâle ou femelle). La dépendance du faon dure +/- 2 ans, période pendant laquelle il apprendra à se nourrir, à se protéger et à se méfier des dangers environnants. Quand plusieurs familles se regroupent, on parle alors de harde. Dans la harde, la hiérarchie est stricte… une biche de tête, toujours un animal adulte, veille constamment à la sécurité du groupe. En cas de danger c’est elle qui prévient, organise le regroupement et la fuite. Une autre femelle dominante en second ferme la marche du groupe. Dans un mois et demi certaines d’entre-elles mettront bas.. à l’instar de ces sangliers venus perturber la quiétude de la biche.

Lire plus

Effervescence chez les cigognes…

Posté le le 15 avril, 2012 | 2 commentaires

De retour d’Afrique, le mâle arrivé en premier s’active à remettre le nid en état. La femelle (couple uni pour la vie) le rejoindra quelques jours plus tard.

Dans le parc du Marquenterre, des cigognes ont établi leur nid et les couples sont déjà bien affairés.

Les nids ne sont pas sur une cheminée ou un édifice comme en Alsace, mais bien dans de hauts pins, ce qui change un peu des clichés habituels que nous avons des cigognes.

A cette période, le mâle s’active toujours à collecter des matériaux pour parfaire le nid… il va et vient sans cesse ramenant branches, brindilles, mousse, herbes sèches qu’il vient y déposer.

Les femelles quant à elles restées généralement au nid semblaient pour certaines d’entre-elles déjà couver.

Au retour du mâle, s’en suivent des parades et claquements de bec pour en finir parfois, quand Madame trouve vraisemblablement que Monsieur a bien travaillé 🙂 , par un accouplement…

Ces aller-retour successifs étaient donc l’occasion de s’y attarder un peu pour les photographier en vol et dans leurs diverses attitudes.

Lire plus

La baie de Somme

Posté le le 11 avril, 2012 | 0 commentaire

Mini-trip ce weekend pascal en baie de Somme…

La baie vit au rythme des marées… tantôt elle est plus ou moins inondée (selon la force des marées) et quelques heures plus tard, seules restent quelques poches d’eau ainsi que les traces des chenaux creusés par la marée descendante.

Voici donc tout d’abord une mise à jour avec des photos de paysages… certaines quand le soleil a bien voulu nous gratifier de ses quelques rares rayons… sinon il a bien fallu composer avec les ciels tourmentés par les nuages avant que ceux-ci ne nous arrosent.

D’autres photos suivront… plus ornithologiques celles-là, mais de ce point de vue je suis resté quelque peu sur ma faim, les oiseaux migrateurs n’étaient pas vraiment au rendez vous ! Selon les ornithologues locaux, ils étaient bloqués plus au sud par des vents froids et contraires.

Comme toujours c’est la nature qui commande !

Lire plus

Brumes printanières

Posté le le 1 avril, 2012 | 1 commentaire

Prenez des matinées fraîches, un sol humide et un soleil qui réchauffe progressivement l’atmosphère, et vous obtenez des paysages  brumeux desquels se dégagent toujours des ambiances que j’apprécie particulièrement.

Lire plus

La fagne se réveille

Posté le le 26 mars, 2012 | 0 commentaire

Comme chaque année l’hiver a été rude en fagne.. le vent, la neige et le gel ont totalement asséché la végétation, ce qui lui confère aujourd’hui ces couleurs beiges claires quelque peu recolorées par le soleil couchant.

Mais la vie est toujours bien présente, en témoigne ce mouton (moutons réintroduits voici plus de 10 ans afin de conserver à la fagne son état de lande) et ses deux agneaux nouveau-nés. Nul doute le printemps est bien là !

Lire plus

Quel plaisir….

Posté le le 12 mars, 2012 | 0 commentaire

Quel plaisir de revoir les chevreuils après cet hiver rigoureux. Visiblement ils sont en pleine forme.

Ils sont restés pendant plus d’une heure dans la futaie, tantôt courant les uns après les autres… tantôt restant immobiles plusieurs minutes, les joues gonflées pour ruminer dans le calme.

Je profite également de cette mise à jour pour joindre quelques photos de paysages réalisées ces derniers jours.

Au petit matin, la lumière arrive doucement derrière les nuages, la brume se forme, seul le bruit de l’eau vient troubler la quiétude des lieux. Et puis il y a ces mille et une odeurs caractéristiques qui envahissent l’atmosphère…

Le printemps sera bientôt là.

Lire plus

Le tarin des aulnes

Posté le le 26 février, 2012 | 0 commentaire

Si à cette époque vous avez l’occasion de vous promener en forêt, et plus particulièrement le long des ruisseaux bordés d’aulnes, peut-être aurez vous l’occasion d’entendre et de voir des groupes de petits passereaux de couleur vert-jaune… ce sont des tarins des aulnes.

Son gazouillis aigu et perçant s’entend de très loin, c’est ce qui fait que bien souvent on l’entend avant de le voir !

Ce petit oiseau de 12 cm virevolte d’une branche à l’autre pour se nourrir des graines de l’aulne, n’hésitant pas parfois à se mettre la tête en bas pour arriver à ses fins.

Lire plus

L’hiver n’a pas dit son dernier mot !

Posté le le 19 février, 2012 | 1 commentaire

Avec ces quelques jours de redoux, on croyait en être quitte… Mais ce matin une mince pellicule de neige a de nouveau recouvert le paysage.

Voici tout d’abord quelques photos du weekend passé bien lumineux mais avec des températures sibériennes et d’autres de ce matin dans une atmosphère nettement moins froide mais tout aussi hivernale.

Lire plus

Weekend polaire

Posté le le 5 février, 2012 | 1 commentaire

Depuis quelques jours  l’ Europe entière grelotte…

Cela ne m’empêche cependant pas de me rendre avant le lever du jour sur le plateau fagnard.

Là haut la température approche les -20° et l’impression de froid est encore renforcée par une bise qui souffle de l’est. Mes multiples épaisseurs vestimentaires ne suffisent plus, je sens très nettement le froid passer au travers.. de quoi m’éveiller si ce n’était déjà fait !

Mais dès que la lumière douce du matin commence à éclairer progressivement le paysage, le spectacle est de toute beauté et le froid est vite oublié.

Voici donc quelques photos toutes “fraîches” de ce matin polaire…

Au retour c’est la Hoëgne gelée sur presque 30 cm qui attire mon attention avec de véritables sculptures de glace.

Et les animaux dans tout ça me direz vous ? Eh bien.. étonnamment ils semblent parfaitement s’adapter comme si le froid n’avait pas de prise sur eux.

Lire plus

10 grammes de plumes

Posté le le 29 janvier, 2012 | 0 commentaire

Il sautille dans les branchages, il est vif et sait se faire entendre malgré sa petite taille. J’ai nommé le troglodyte mignon.

Il pèse entre 8 et 13 grammes pour une taille de 9 à 10 cm. Avec sa queue relevée presque à angle droit on peut difficilement le confondre.

Souvent lorsque je suis à l’affût en forêt il vient, curieux, me rendre visite. Alors en attendant mieux,  j’essaye tant bien que mal de le cadrer.

Exercice à conseiller si vous souhaitez travailler vos réflexes 🙂

Lire plus

La mésange nonnette

Posté le le 18 janvier, 2012 | 1 commentaire

Bien qu’elle ait des couleurs assez ternes, la mésange nonnette n’en est pas moins mignonne.

Cette espèce a une taille identique à la mésange bleue et il n’y a aucune différence dans le plumage entre le mâle et la femelle.

Elle vit prioritairement dans les forêts de feuillus, mais fréquente également les forêts mixtes, les zones boisées le long des cours d’eau, les parcelles d’aulnes, les terres agricoles bien pourvues en arbres, les vergers et parfois les parcs.

Elle est peu farouche et très curieuse, aussi en hiver la retrouve-t-on dans les jardins pourvu que ceux-ci ne soient pas trop éloignés des zones boisées. Elle vient y prendre des graines qu’elle emportera dans une cachette qui lui sert de garde-manger pour les mauvais jours.

Elle niche dans des trous existant dans des arbres, et la femelle y pond de 6 à 10 oeufs. Après deux semaines de couvaison assurées par la femelle seule, les petits éclosent et sont alors nourris par les deux parents. Les petits quittent le nid après une vingtaine de jours.

Lire plus

Le grosbec casse-noyaux

Posté le le 5 janvier, 2012 | 0 commentaire

Le grosbec casse-noyaux est assez farouche et généralement difficile à observer dans la nature du fait qu’il vit dans la cime des arbres.

En hiver, lorsque les conditions climatiques deviennent rudes, il ne dédaigne pas quitter les forêts pour s’approcher des mangeoires surtout si elles sont garnies de graines de tournesol. Il sera cependant très méfiant à s’approcher, restant au sommet des arbres tant qu’il n’est pas rassuré sur la quiétude des lieux.

Son nom il le doit à son habilité lorsqu’il s’agit de casser les graines et petit noyaux. En effet grâce à son gros bec conique et une musculature particulièrement développée au niveau du cou, il est capable de casser avec une facilité déconcertante, l’enveloppe de graines aussi grosses que des noyaux de cerises. Des calculs ont permis de découvrir qu’il faut une force équivalente à un poids de 25 à 40 kg pour accomplir cet exploit.

Avec son allure de déménageur et une taille un peu plus importante que les autres passereaux (taille de 18 cm pour une envergure de +/- 30 cm) il fait la loi à la mangeoire (lorsqu’il ose y descendre) claquant du bec pour éloigner les autres oiseaux qui tentent de venir s’alimenter.

Quant à son plumage, les images parlent d’elles-mêmes ! C’est un oiseau magnifique qui vaut la peine d’être observé.

La femelle a des couleurs moins vives que le mâle.

Lire plus

Les dernières de 2011

Posté le le 28 décembre, 2011 | 2 commentaires

Décembre n’est pas le meilleur mois pour réaliser des photos.. les jours sont très courts et souvent peu lumineux.

Voici néanmoins quelques photos pour clôturer cette année 2011 (passereaux et cervidés).

Lire plus

Voeux 2012

Posté le le 23 décembre, 2011 | 1 commentaire

Lire plus

Le pinson du nord

Posté le le 20 décembre, 2011 | 0 commentaire

Comme son nom l’indique le pinson du nord séjourne habituellement au nord du continent et c’est dans ces contrées qu’il niche.

Mais comme beaucoup de ses congénères, le manque de nourriture provoqué par l’apparition de l’hiver le force à descendre vers le sud pour survivre.

Le pinson du nord a un instinct grégaire très prononcé ce qui fait qu’on le voit rarement seul.
C’est accompagné d’autres oiseaux de la même famille (fringillidés) qu’il fréquente la mangeoire du jardin. Il a une taille identique au pinson des arbres soit 15 à 16 cm pour une vingtaine de grammes.

Le dimorphisme sexuel est assez marqué, les mâles ayant généralement des couleurs plus vives et la tête plus foncée allant jusqu’au noir luisant chez le mâle adulte.

Lire plus

Le bison d’Europe

Posté le le 26 novembre, 2011 | 2 commentaires

Après cet intermède migratoire, je vous présente une des espèces que j’ai pu observer dans le parc de vision du Bayerischer Wald, le bison d’Europe.

C’est un gros mammifère dont le poids peut dépasser la tonne pour les mâles les plus imposants et dont la taille au garrot peut atteindre 1,8m pour une longueur de 3m, ce qui en fait le plus gros mammifère terrestre d’Europe.

Malgré leur taille imposante, il m’a fallu presque 2 jours pour apercevoir le troupeau. En effet, le bison d’Europe vivant essentiellement en forêt contrairement à son cousin américain qui lui vit en plaine, il fallait espérer une sortie en clairière !

Cette espèce a été totalement exterminée après la première guerre mondiale et c’est grâce à des zoos ou parcs animaliers que l’on a pu en conserver des souches et commencer à le réintroduire progressivement.

C’est en 1952 que les premières réintroductions eurent lieu en Pologne dans la forêt de Bialowieza , région qu’il habitait autrefois. La réintroduction ayant été un succès, d’autres ont suivi dans l’Est de l’Europe.

Ces populations restent néanmoins menacées car confinées sur des très petits territoires isolés, ce qui engendre des problèmes de consanguinité du fait que les animaux réintroduits ne proviennent que de quelques géniteurs. Des problèmes osseux et de fertilité apparaissent donc dans certains groupes.

Lire plus

Des dames grises en fagne

Posté le le 15 novembre, 2011 | 4 commentaires

Espérant apercevoir l’un ou l’autre cervidé, comme d’ordinaire ce dimanche matin j’étais en forêt ½ heure avant le lever du soleil. Malheureusement rien en vue !

Je décide donc d’aller en lisière de la fagne wallonne pour profiter des quelques moments de quiétude qui précèdent le lever du jour et pour contempler ce paysage fagnard qui change au fur et à mesure que les rayons du soleil l’illuminent.

Un moment j’ai l’attention attirée par des sons que je reconnais directement tant ils sont caractéristiques… des grues cendrées. Déjà la veille d’importants passages avaient marqué la soirée et peut-être que quelques-unes d’entre-elles se sont posées dans la fagne pour prendre un peu de repos ?

Je presse donc le pas sur le caillebottis en direction des cris (assez distants faut-il le dire) et là… arrivé sur la crête… des centaines pour ne pas dire des milliers de grues sont posées dans la fagne.

Les premières vagues de grues, assez impressionnantes d’ailleurs, commencent à s’élever dans le ciel. Tournoyant comme pour chercher leur direction, puis en ligne et puis bientôt en V les grues commencent à prendre la direction du sud.

Il y en a partout, à gauche, à droite, au dessus de moi ! Ce n’est pas le lac du Der avec un envol de 40000 grues sur quelques heures… mais ça reste néanmoins impressionnant à observer. Ceci d’autant que cette agitation s’accompagne des cris de ces grands oiseaux qui trompettent sans cesse.

Visiblement le vent n’est pas très favorable, car certaines d’entre-elles tournoient puis se reposent directement. Fatiguées peut-être par cette première partie du voyage depuis le grand nord ?

Les dernières grues ont quitté la fagne vers 14h30, clôturant ainsi de bien belle façon ce spectacle que je ne suis pas prêt d’oublier.

Voici donc quelques photos (bien difficile de les choisir) dans une fagne magnifique, baignée par les rayons du soleil, et qui je l’espère vous mettront dans l’ambiance du moment…

Pour rappel, vous pouvez suivre la migration des grues cendrées sur ce site

Lire plus

Le lynx, le plus grand félin d’Europe

Posté le le 6 novembre, 2011 | 0 commentaire

C’est maintenant une certitude, le lynx est bien de retour dans nos Ardennes. En effet  en début de cette année 2011 des empreintes et des excréments ont été trouvés en province de Liège. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que de pareils indices sont répertoriés ! Ces dernières années des traces de ce félin ont été signalées plusieurs fois dans les cantons de l’est.

Le lynx généralement nocturne est un animal très difficile à voir, d’où l’intérêt d’un parc de vision comme celui Bayerischer Wald si vous souhaitez l’observer et le photographier dans un décor naturel (quand il daigne se montrer).

Bien qu’étant biologiquement plus proche du tigre que du chat, le lynx n’est absolument pas dangereux pour l’homme, que du contraire, il fuit dès qu’il décèle sa présence.

Le Lynx boréal à la face ornée d’un collier de poils longs autour du cou. Ses oreilles triangulaires sont surmontées d’une touffe de poils et son revers est marqué par une tache blanche. La queue courte se termine par un manchon noir. Ses jambes sont longues avec des pieds larges, il s’agit en fait d’une adaptation pour se déplacer plus facilement dans la neige.

La couleur de sa fourrure varie du blanc crème au brun foncé, avec plus ou moins de taches noires sur le corps; c’est grâce à ce pelage le rendant pratiquement invisible lorsqu’il ne bouge pas qu’il peut se cacher pour l’homme et ses proies potentielles.

Il pèse en moyenne 25 kg pour le mâle et 21 kg pour la femelle. Il mesure de 65 à 75 cm à l’épaule et sa longueur est de 80 à 135 cm.

Le lynx par sa présence participe au contrôle naturel des populations de gibier en explosion dans nos forêts. Les chasseurs quant à eux, n’ont pas à redouter ce prédateur magnifique, car bien que dans nos régions, il se nourrisse essentiellement de chevreuils (1 par semaine), il opère seul sur un très grand territoire pouvant aller jusqu’à 300km²… territoire ou reconnaissons le, le gibier est plus qu’abondant.

Comme de plus le lynx ne court pas (ou très peu) après sa proie, il sélectionne d’abord les animaux moins vifs permettant ainsi de faire évoluer leur population vers des individus plus sains et robustes.

Lire plus

Quand on parle du loup…

Posté le le 29 octobre, 2011 | 3 commentaires

Les loups n’ont jamais laissé l’homme indifférent, que ce soit au travers de contes, légendes, expressions ou plus récemment dans l’actualité. En effet, s’il est avéré qu’il est bel et bien de retour dans les Vosges, un spécimen aurait également été filmé dans le Namurois.

Quoiqu’il en soit, il n’y a guère lieu de s’inquiéter car cela fait bien longtemps que le loup ne représente plus un danger pour l’homme. On n’a pas recensé une seule attaque volontaire d’un loup contre l’homme durant tout le XXe siècle.

Malgré cette image mythique qui lui colle à la peau, le loup n’en reste pas moins un animal magnifique. Aussi, ayant eu l’occasion de passer récemment dans le parc national du Bayerischer Wald en Allemagne,  voici quelques photos qui y ont été réalisées.

Dans cette région près de la frontière tchèque et sur plus de 300 ha, un parc de vision animalier a été aménagé au cœur de la forêt. Il permet dans un cadre naturel, au travers de nombreux sentiers et points de vision, d’observer certains grands mammifères d’Europe qu’il est bien difficile de voir dans la réalité (loups, lynx, bisons d’Europe, ours…). Les enclos, car malgré tout il faut parler d’enclos, s’étendent parfois selon l’espèce sur plusieurs hectares. Autant dire que la patience est bien souvent de mise lorsqu’il s’agit d’apercevoir les animaux dans de bonnes conditions.

Lire plus

Entre aube et crépuscule

Posté le le 17 octobre, 2011 | 1 commentaire

L’automne est maintenant bien en place, et avec lui ses variations climatiques qui sous l’influence de la lumière présente, peuvent changer totalement la physionomie des lieux.

Ces instants sont bien souvent furtifs… le temps pour quelques rayons de soleil de passer au travers des nuages, au brouillard de se lever quelque peu, ou encore aux premières lueurs de l’aube de nous faire apparaître progressivement le paysage environnant.

Alors quand la végétation s’en mêle en arborant son habit automnal, ça nous donne des palettes de couleurs très variées… je vous laisse découvrir la suite en images.

Lire plus

Le brame du cerf

Posté le le 8 octobre, 2011 | 1 commentaire

Tout a commencé voici quelques semaines quand les cerfs ont quitté leur quartier d’été pour partir  à la rencontre des biches.

Pendant presque un mois de la mi-septembre au début octobre leurs raires ont résonné dans la forêt signe que le cerf était bel et bien dans sa période de reproduction.

Le brame du cerf fonctionne toujours selon le même principe, à savoir qu’un cerf cherche à s’approprier un maximum de biches en espérant les féconder. Il manifeste  ses intentions par des cris puissants, qui parait-il déclencheraient l’ovulation chez la biche, mais qui tendent aussi à démontrer sa puissance et sa détermination vis-à-vis de ses concurrents.

Chaque cri a une signification et on peut les interpréter de la manière suivante :

Tout d’abord un rot court et bref, assez grave et rauque, est utilisé par le cerf  pour indiquer sa présence.

Des cris saccadés (heu heu heu) seront émis lorsque le cerf poursuit une biche en vue de la ramener dans la harde, ou lorsqu’il poursuit un petit cerf pour le chasser.

Un raire au timbre élevé et provocateur, ne sera rien d’autre qu’un brame de défi à l’intention d’un autre cerf. Généralement celui-ci  répond de la même  manière et, si aucun des deux protagonistes ne cède, ça se terminera par un combat. Le vainqueur prendra alors le contrôle de la harde.

Enfin un cri long et puissant après avoir entendu le fracas des bois qui s’entrechoquent avec violence, sera considéré comme un brame de victoire.

Toute cette agitation provoque pas mal de déplacements dans les cervidés, et les petits cerfs appelés aussi cerfs satellites, ne savent plus trop bien où aller et sont souvent éjectés en périphérie de la place de brame.

Voici donc quelques photos de cette période qui attise les passions tant chez le cerf que chez l’homme.

Lire plus

Sous d’autres cieux

Posté le le 17 septembre, 2011 | 2 commentaires

Après les cimes suisses, retour quelques centaines de mètres plus bas avec quelques paysages aux alentours de nos “hautes” fagnes.

La période entre la fin de l’été et le début de l’automne est souvent propice aux belles couleurs… la végétation change progressivement pour prendre son habit automnal.

Habillement mis en valeur par un soleil qui, quand il peut se frayer un passage au travers des nuages, renforce encore un peu plus ces couleurs chatoyantes.

Lire plus
%d blogueurs aiment cette page :