Les charognards

Posté le le 19 juin, 2011 | 1 commentaire

Les conditions climatiques sont détestables… il bruine, les rafales de vent se succèdent et je ne vois rien à plus de 50m. Quelle idée m’a pris de monter là-haut ?  Pariant sur une éclaircie, j’espérais voir et si possible photographier des vautours.. c’est mal parti !

Pourtant, après quelques minutes pendant lesquelles je me demande s’il ne serait pas plus intelligent de redescendre, des cris aigus de plus en plus forts et nombreux se font entendre. Je vois vaguement quelques silhouettes de vautours qui descendent des nuages. Ils ont du se poser, là… tout près, à peine à 100m.

Avec ce vent de face une odeur pestilentielle de charognes me parvient.. je comprends à ce moment que c’est l’heure de la curée (bien que réintroduits depuis plusieurs années il est encore nécessaire de les nourrir régulièrement).

Je peste sur cette brume qui m’empêche de les apercevoir… Puis, la chance tourne !

A  la faveur de courants ascendants venant de la vallée, le se dissipe peu a peu.  Des silhouettes fantomatiques apparaissent progressivement… les cris s’intensifient, les vautours sautent les uns sur les autres, se donnent des coups d’ailes, se courent après par petits bonds, impossible de les compter tant ils sont nombreux.
Le manque de lumière, les ossements répandus au sol… me donnent l’impression d’un tableau macabre, mais le spectacle en vaut la peine… c’est dingue !

Le brouillard ira et viendra régulièrement me permettant par moment de mieux les voir, les rafales de photos s’enchaînent.

Puis… après la tempête, le calme ! Il ne reste plus que des carcasses, le temps de la digestion commence et les vautours se jettent progressivement dans le vide pour prendre les ascendants, monter progressivement et passer à ma hauteur pour disparaître ensuite dans les nuages.

Le lendemain matin, le soleil est un peu plus présent mais les coups de tonnerre au loin me rappellent que l’orage est proche. Pas question de s’éterniser.

Les vautours non plus d’ailleurs, seuls quelques uns sont encore présents. J’en profite pour faire quelques photos dans une meilleure lumière.

Un commentaire

  1. Toutes vos photos , des oiseaux aux papillons, du cerf aux écureuils, toutes absolument toutes sont merveilleuses. Pas de préférence que de l’admiration. Un régal pour l’âme et les yeux.

    Bravo et Merci.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :