Message taggé "printemps"

Festival Nature Namur – Concours photo

Posté le le 8 septembre, 2017 | 1 commentaire

J’ai le plaisir de vous annoncer que la photo ci-dessous a été nominée lors du concours photo du festival Nature Namur (et ce parmi plus de 6300 photos). Elle fera partie de l’exposition lors du festival qui aura lieu du 13 au 22 octobre 2017.

Lire plus

Concours Agrinature 2017

Posté le le 9 juillet, 2017 | 0 commentaire

J’ai le plaisir de vous annoncer que les deux photos ci-dessous ont été sélectionnées lors du concours photo Agrinature.
Elles seront exposées lors de la foire de Libramont du 28 au 31 juillet 2017.

Lire plus

Bain mousse chez les Eider à duvet…

Posté le le 13 juin, 2017 | 0 commentaire

Ce jour-là, maman Eider décide d’aller à la plage avec ses 3 canetons… Le temps est beau, la mer est calme… toutes les conditions semblent réunies pour faire trempette.

Tout le monde connaît la détermination des canetons à suivre leur mère quelles que soient les conditions… et là ils ne vont pas être déçus.

Prudemment, la mère va s’avancer au bord des vagues toujours suivie par ses 3 rejetons… mais c’est sans compter sur l’écume bien présente ce jour-là.

Celle-ci va par moment complètement recouvrir les canetons… mais ça n’altérera en rien leur détermination à replonger dedans et à nous donner cette série de photos assez cocasses.

Peut-être des futurs adeptes des soirées « mousse » ?

Lire plus

Le petit ours de nos forêts

Posté le le 25 avril, 2017 | 2 commentaires

On lui donne parfois le surnom de petit ours de nos forêts !

Ça lui vient de ses grandes pattes armées de griffes impressionnantes qui font penser à celles de l’ours.

C’est ainsi que par le passé, il a souvent été associé à tort, à la famille des ursidés (les ours et pandas). En fait, c’est un mustélidé comme la belette, la loutre, l’hermine, le putois…

Alors qu’il a failli presque disparaître de Wallonie voici 30 ans, suite à la campagne de gazage des terriers de renards (lutte contre la rage)… il a mis plus de 25 ans pour revenir à un niveau de population identique à celui de 1960.

Lire plus

Weekend Wallonie Bienvenue – Invitation

Posté le le 12 avril, 2017 | 0 commentaire

Pour faire suite à l’affiche dans l’article ci-dessous, voici une invitation à ces journées portes ouvertes sous forme d’une petite vidéo.

Musique de Nicolai Heidlas.

Lire plus

Weekend Wallonie Bienvenue

Posté le le 24 mars, 2017 | 2 commentaires

17362012_741142179400273_8509858501852767306_n

Lire plus

Le printemps est à nos portes…

Posté le le 14 mars, 2017 | 0 commentaire

Mars… la nature se réveille.

Les grues remontent à toute vitesse vers le nord, les chouettes prennent le soleil, les cerfs perdent leurs bois… biches et chevreuils sont de sortie à la recherche des premières pousses d’herbe.

Lire plus

La saison des velours

Posté le le 31 juillet, 2016 | 1 commentaire

DPP_2016-07-30-05-57-45_0120Du point de vue anatomique, les bois des cervidés sont très différents des cornes: il s’agit d’organes osseux vascularisés et caduques annuellement.

Au cours de leur croissance qui débute au printemps, les bois sont d’abord recouverts d’un tissu tégumentaire (le velours), qui assure la protection, la vascularisation et l’innervation de ces organes.

Fin juillet, ce tissu se dessèche et tombe en lambeaux lorsque la croissance osseuse est achevée, on dit que le cerf fraie.

Voici quelques photos réalisées ces dernières années qui illustrent cette période très importante pour le cerf.

Lire plus

New generation 2016

Posté le le 5 juin, 2016 | 1 commentaire

DPP_2016-05-16-19-29-58_01942Le printemps nous offre chaque année, toutes espèces confondues, son lot de naissances.

Voici quelques photos de cette nouvelle génération.

 

Lire plus

Le balbuzard pêcheur

Posté le le 8 mai, 2016 | 0 commentaire

DPP_2016-04-24-10-24-35_00192Rapace de la famille des aigles, le balbuzard pêcheur peut atteindre une envergure de 1.70m pour un poids de 2kg.

Son poitrail est blanc net alors que son dos est brun foncé. Il a des doigts très puissants armés de serres impressionnantes.

Comme son nom le laisse supposer, il s’alimente essentiellement de poissons capturés à la surface de l’eau.

Il possède une technique de pêche inégalée. Il repère sa cible d’une hauteur de 10 à 20 mètres. Il plonge alors, tête la première, ailes repliées et serres en avant, immerge uniquement les pattes et ressort avec sa proie qu’il transporte jusqu’à son nid ou sur un perchoir où il la dévore. Grâce à ses serres incurvées et à des petites aspérités entre les doigts il peut agripper et maintenir les poissons les plus glissants.

Cet oiseau possède l’une des plus grandes aires de répartition. Il niche en Europe, Asie, Afrique, Australie et Amérique du Nord. En août, il quitte les régions nordiques et migre vers des climats plus cléments au sud du Sahara. Il remonte en avril pour aller nicher dans le nord.

Cette espèce est considérée comme rare en union européenne et est protégée.

Lire plus

Balbuzard contre brochet

Posté le le 1 mai, 2016 | 1 commentaire

DPP_2016-04-30-09-02-30_00042A l’affût sur une branche à une quinzaine de mètres en hauteur, un balbuzard pêcheur scrute la surface de l’eau.

Soudain, il dresse la tête, son regard se fixe sur la surface… et en une fraction de seconde il se jette dans le vide.

Les ailes repliées, il prend de la vitesse… je tente tant bien que mal de le suivre.

Il sort ses serres, des armes redoutables pour le poisson qu’il a en ligne de mire. L’instant d’après c’est le contact avec l’eau. Malheureusement pour moi il est en contrebas de ma position… je ne vois plus que de l’eau projetée dans tous les sens.

Puis… un bout d’aile, et à grand fracas le balbuzard s’extirpe de l’eau.. enfin il essaye car c ‘est à ce moment là que j’aperçois sa prise, un brochet de 40 à 50 cm.

Le poisson se débat, le balbuzard bas des ailes tant et plus…

Grrrr ces foutus roseaux me gênent pour suivre la progression de l’oiseau ceci d’autant qu’il n’arrive pas à prendre de la hauteur.

Le poisson gesticule tellement qu’il précipite le balbuzard dans l’eau…

Les ailes grandes ouvertes, il flotte, là, immobile dans la trouée à quelque mètres de moi.. j’aperçois même la couleur du brochet qui continue de se débattre sous l’eau.

Après quelques mouvements de nage papillon, nouvelle tentative…

Impressionnante la force déployée par cet oiseau pour s’extraire de l’eau… mais le brochet est toujours là… il le tient par le bout de la gueule, ce qui augmente le porte-à-faux et le brochet précipite à nouveau  le balbuzard dans l’eau.

Quelques instants plus tard, le balbuzard s’envole sans sa proie…  elle sera arrivée à se défaire de ces serres impressionnantes. Ce sera pour une prochaine fois !

La scène a duré 50 secondes. Balbuzard  0 – Brochet  1

Lire plus

Rétrospective chevreuils 2016

Posté le le 17 avril, 2016 | 1 commentaire

DPP_2016-03-12-16-34-33_00122L’hiver est définitivement derrière nous.

C’est l’occasion de vous présenter une petite rétrospective des photos de ce petit cervidé réalisées depuis le début de l’année 2016.

Lire plus

Lacs et cascades en montagne

Posté le le 20 février, 2016 | 0 commentaire

DPP_2011-08-14-16-56-03_07102Lors de mes randonnées en montagne, je m’arrange souvent pour passer par des points d’eau.

C’est toujours l’occasion de faire une petite halte (de plus en plus souvent la bienvenue 🙂 ) et quelques photos.

Lire plus

Concours Emotion’ailes

Posté le le 17 septembre, 2015 | 0 commentaire

Heureux de vous apprendre que la photo ci-dessous a été nominée lors du concours photo Emotion’ailes et dont l’exposition se tiendra à Namur du 24 au 27 septembre.

Lire plus

Et de quatre

Posté le le 15 juillet, 2015 | 2 commentaires

Cliquez ICI

Cela fait plus ou moins 25 jours qu’un couple d’élégantes échasses blanches se relaye régulièrement sur le nid. Il est 9h du matin, le troisième poussin est fraîchement sorti de son oeuf et je l’ai raté de peu… le petit dernier ne devrait plus tarder !

Je décide donc d’attendre, car ce n’est pas tous les jours qu’on peut assister à la naissance d’un oisillon.

Chez les échasses, les deux parents se chargent de la couvaison et alternent plus ou moins tous les ¾ d’heure. Moment mis à profit par les poussins pour se sauver et explorer les alentours du nid et ce, malgré les rappels incessants des parents inquiets car les prédateurs (milans noirs) ne sont jamais très loin.

Le nid est disposé à même le sol sur un petit îlot d’à peine 1 m², ce qui, je le pensais, devait limiter les escapades des oisillons. Mais à mon grand étonnement, alors qu’ils n’ont que quelques heures, ils se hasardent déjà dans l’eau et n’ont aucune difficulté à remonter la petite berge de 15 cm.

Tous les moyens sont bons pour échapper à la vigilance des parents, y compris sortir d’entre les ailes et grimper sur leur dos.

Il est 15h… un nouveau passage de témoin s’opère entre les deux parents, découvrant à nouveau le dernier œuf mais cette fois avec deux petits trous laissant présager une éclosion imminente !

Il faudra néanmoins encore patienter jusque 16h30 pour apercevoir le dernier poussin, tout mouillé et à moitié hors de sa coquille… la famille est désormais au complet.

Le lendemain matin, plus personne n’occupe le nid… les petits s’aventurent de plus en plus loin sous l’oeil toujours vigilant des parents.

Voici donc quelques photos de ces quelques heures passées en compagnie de cette famille d’échasses blanches.

Ça se passait au Teich fin mai.

Lire plus

Concours photo Agrinature 2015

Posté le le 8 juillet, 2015 | 0 commentaire

J’ai le plaisir de vous annoncer que les photos ci-dessous ont été sélectionnées lors du concours photos Agrinature 2015 pour faire partie de l’exposition qui se déroulera du 24 au 27 juillet à Libramont.

Lire plus

Que de couleurs…

Posté le le 31 mai, 2015 | 1 commentaire

Cliquez ICI… avec ces magnifiques oiseaux que sont les guêpiers.

Chaque année, début mai ils reviennent d’Afrique pour nicher dans le sud de l’Europe.

Pour ce faire, ils creusent un terrier dans un terrain meuble pouvant atteindre 2 mètres de profondeur dans lequel la femelle pondra de 4 à 7 œufs blancs.

Le guêpier se nourrit d’insectes qu’il capture en vol et comme son nom l’indique, la majorité d’entre-eux sont des guêpes, abeilles ou autres bourdons qu’il frappe vigoureusement sur un support afin des les tuer et éviter ainsi d’être piqué.

C’est grâce à ses cris roulés caractéristiques qu’on peut  le reconnaître même quand on le discerne à peine dans le ciel.

Il a la taille d’un merle, avec une envergure entre 40 et 50 cm, une longueur allant de 26 à 29 cm pour un poids de +/- 60 grammes.

A la fin de l’été, sa nourriture favorite diminuant, il entamera son long voyage de migration vers l’Afrique.

 

Lire plus

Les squatteurs !

Posté le le 14 mai, 2015 | 0 commentaire

Cliquez-iciCe soir-là, dans l’espoir d’y voir les jeunes de l’année, je décide de retourner visiter un terrier de blaireaux où il y a une quinzaine de jours j’avais pu observer un adulte.

Bien en place, depuis une heure, j’ai l’attention attirée par un mouvement sur ma gauche… une forme rousse se faufile prudemment entre les troncs de la futaie.

Je comprends rapidement qu’il s’agit d’un renard et en l’observant un peu mieux je me rends compte qu’il a un mulot dans la gueule. Heureusement pour moi qu’elle est venue de ce côté sans quoi mon odeur aurait pu trahir ma position !

Elle (car c’est une renarde) s’avance alors vers un trou du terrier creusé par les blaireaux et quelle n’est pas ma surprise de voir 4 renardeaux affamés se ruer sur leur mère tout en se piétinant allègrement. Face à cette horde déchaînée, la renarde abandonnera le mulot les laissant se débrouiller entre eux.

Ceux-ci vont se disputer le repas et comme bien souvent dans la nature ce sera le plus costaud qui l’emportera. Les autres résignés alterneront jeux, courses et périodes de repos tout en passant d’une entrée du terrier à une autre.

Ce n’est pas rare que des renards réutilisent des vieux terriers de blaireaux et cohabitent parfois très près l’un de l’autre, mais je doute que le raffut fait par ces renardeaux plaise aux blaireaux car ce soir-là je ne les ai pas revus.

La surprise n’en était pas moins belle.

Lire plus

Les locataires du vieux pommier

Posté le le 3 mai, 2015 | 0 commentaire

Cliquez ICIDepuis plusieurs années ce verger est fréquenté par un couple de chevêches d’Athéna. Elles apprécient particulièrement les vieux pommiers car avec l’âge ils deviennent creux et c’est l’endroit idéal pour s’y abriter en vue de la couvaison.

Malheureusement ils deviennent de plus en plus rares car leurs propriétaires ont tendance à les couper du fait qu’ils ne sont plus productifs sans se douter qu’ils sont un élément essentiel pour la survie de l’espèce et ce même s’ils sont progressivement remplacés par des nichoirs artificiels plus sécurisants vis à vis des prédateurs.

Encore appelée la chouette aux yeux d’or, elle est la plus diurne de nos rapaces nocturnes.

Mesurant à peine 20 cm, elle a une envergure d’environ 55 cm. Elle est surtout active au crépuscule et la nuit. Elle chasse grâce à la vue et l’ouïe, dans l’air et au sol. Son éventail alimentaire est très large et est composé d’insectes, d’invertébrés, de petits oiseaux, d’amphibiens et de reptiles.

Particulièrement attachantes, c’est un réel plaisir de les retrouver chaque année même si cette année les conditions de lumière n’étaient pas des meilleures.

Lire plus

L’eau entre mystère et nature

Posté le le 25 novembre, 2014 | 0 commentaire

Dans le cadre du projet Stavl’Eau, la photo ci-dessous a remporté le premier prix du concours Photos-nature du Centre Culturel de Stavelot. Le thème était “L’eau entre mystère et nature”.

Il s’agit de la Hoëgne près de Hockai un matin du mois de mars.

Les 20 photos sélectionnées seront imprimées sur toile et exposées sur le site des étangs à Stavelot du 22 décembre au 30 janvier 2014.

Lire plus

Exposition au Festival Nature Namur 2014

Posté le le 6 octobre, 2014 | 0 commentaire

Bonjour à toutes et tous,

 

Je suis heureux de vous annoncer que j’aurais l’occasion d’exposer lors du Festival Nature Namur du 10 au 19 octobre 2014.

Nul besoin de parcourir le monde pour prendre conscience que notre nature est belle. Les Hautes-Fagnes et ses environs immédiats en sont un bel exemple et c’est le thème choisi pour mon exposition  “Ca se passe près de chez vous“.

Elle se tiendra à la Salle Napoléon III de la Brasserie François, place Saint Aubain, 3 – 5000 Namur, au cœur même de Namur.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore ce magnifique festival, je vous invite à le découvrir via la vidéo suivante

Dernière précision, l’entrée aux différentes expositions est gratuite.

Venez nombreux.

Lire plus

Des genêts aux digitales…

Posté le le 18 juin, 2014 | 0 commentaire

La péCliquez ICIriode entre la floraison des genêts et des digitales est souvent favorable aux observations. Les jours s’allongent de plus en plus et les animaux profitent pleinement de ces moments de quiétude qui leur sont proposés en dehors des activités humaines.

C’est également la période où les animaux perdent leur pelage hivernal, où l’herbe commence à devenir appétissante sur les gagnages, où la ramure des grands cerfs commence à prendre forme, où les faons viennent au monde…

Lire plus

Le “petit ours” de nos forêts

Posté le le 20 mai, 2014 | 3 commentaires

oursIl est court sur pattes, a un corps massif et une allure pataude.. autant de signes qui le font ressembler à un “petit ours”. Tout comme l’ours c’est un plantigrade (il pose l’entièreté de la plante du pied au sol).

Sa tête noire et blanche permet de le reconnaître sans erreur possible… il s’agit bien entendu du blaireau !

Très méfiant avant de quitter son terrier au crépuscule, il pointe le bout de son museau  à plusieurs reprises à la recherche de la moindre odeur qui trahirait une présence étrangère.

Une fois rassuré il sort du terrier pour se mettre en quête de nourriture.

Lire plus

Pâques en forêt

Posté le le 21 avril, 2014 | 0 commentaire

PâquesPas de lapin de Pâques, que des lièvres,  et encore moins de cloches ou d’œufs en chocolat.

Par contre ces derniers jours, j’ai pu croiser des cervidés, chevreuils ou encore quelques sangliers.

Bientôt le mois de mai et quelques heureux événements en perspectives.

Lire plus

Concours photo forêt 2014 à Libramont

Posté le le 9 avril, 2014 | 1 commentaire

La photo ci-dessous a été sélectionnée pour l’exposition du Festival Nature et Forêt qui se tiendra du 25 au 27 avril prochains à Libramont.

concours

Lire plus

Le cerf blanc ne serait pas une légende…

Posté le le 1 avril, 2014 | 1 commentaire

 

La légende de Saint-Hubert (patron des chasseurs) raconte qu’un cerf blanc 10 cors jaillit d’un fourré, s’arrêta net et se tourna vers lui… eh bien, je l’ai rencontré ce matin…

Non… pas Saint-Hubert, mais le cerf blanc !

Quelle ne fut pas ma surprise de le voir sortir du fourré d’épicéas (dépourvu de ses bois à cette époque). Juste le temps de faire quelques photos et il disparut comme par enchantement.

En fait il s’agit plus que vraisemblablement d’un animal atteint de leucisme.

Le leucisme est une particularité génétique due à un gène récessif, qui donne une couleur blanche au pelage ou au plumage, mais sans affecter la couleur des yeux qui reste normale, au contraire des vrais albinos qui possèdent des yeux rouges.

Lire plus

La mouette tridactyle

Posté le le 7 janvier, 2014 | 0 commentaire

Comme son nom l’indique cette mouette possède une signe distinctif déterminant, elle ne possède que 3 doigts antérieurs. Ses pattes sont palmées et courtes.

D’une taille de 40cm et d’une envergure de +/- 95cm, elle peut vivre plus de vingt ans.

C’est une espèce marine qui ne fait que de rares incursions dans les terres. Elle niche en colonies dans des falaises où elle profite d’une anfractuosité pour y construire un nid à l’aide de terre, d’herbes et d’algues sèches.

Elle a un instinct grégaire très prononcé, que ce soit lors de la nidification ou lors de la recherche de nourriture.

Elle se nourrit de crustacés, de mollusques et de petits poissons.

Lire plus

A la découverte du chevreuil

Posté le le 11 décembre, 2013 | 1 commentaire

Perçu comme un animal gracieux, curieux et presque jovial, le chevreuil égaye de sa présence nos paysages de campagne et forêts.

Sa petite taille lui vaut d’être pris pour le petit du cerf ou même parfois pour une petite biche.

Il n’en est rien, le chevreuil est bien une espèce à part entière que je vous invite à découvrir via ces panneaux didactiques que j’avais créé à l’occasion d’une exposition organisée en 2011 par le Syndicat d’Initiative de Francorchamps.

Lire plus

Le fulmar boréal

Posté le le 17 novembre, 2013 | 0 commentaire

Spécialiste du vol plané, le fulmar boréal est parfaitement adapté au vol aérien. La forme de ses ailes lui permet d’affronter les pires conditions climatiques tout en maintenant un vol souple.

Hormis pendant la période de reproduction pour laquelle il rejoint les falaises en bord de mer, il vit en haute mer toute l’année et se nourrit au ras de l’eau.

Une de ses particularités biologiques est qu’il possède une glande de dessalage, ce qui lui permet de boire l’eau de mer. Le sel est rejeté par les narines lesquelles sont situées au dessus d’un bec crochu et ont une forme de tuyau.

Le fulmar boréal se nourrit principalement de poissons et d’invertébrés marins, mais il ne dédaigne pas les débris de poissons et les charognes. Il pêche en prenant les proies à la surface tandis qu’il est posé sur l’eau. Ils se rassemblent en groupes autour des bateaux-usines pour se rassasier des débris de poissons qui sont rejetés à la mer.

Pour se défendre, le fulmar crache une sortie d’huile jaunâtre nauséabonde.

Le fulmar vit en moyenne une trentaine d’année et peut exceptionnellement atteindre les 50 ans. Il a une taille de 40 à 45 cm pour une envergure de plus d’un mètre.

Lire plus

Le guillemot de Troïl

Posté le le 6 octobre, 2013 | 0 commentaire

Le guillemot de Troïl se tient debout à la façon d’un manchot. Il mesure +/-40 cm de haut.

C’est au printemps qu’il quitte la haute mer pour venir nidifier en colonies denses sur les parois abruptes des falaises et notamment dans l’Atlantique Nord.

Ces colonies pouvant compter plusieurs milliers d’individus, la place sur les parois est très disputée. Les nids se touchent fréquemment ce qui peut engendrer des disputes. Les oiseaux sont bruyants et leurs vocalisations rappellent des croassements.

La femelle pond un œuf unique en forme de poire à même la roche entre la mi-mai et début juin. Cette forme spécifique empêche l’œuf de rouler sur lui-même et de chuter dans l’eau.

Son vol est rapide et puissant, mais il excelle aussi dans la chasse sous l’eau. La profondeur moyenne de ses plongées est d’une trentaine de mètres mais il peut aller bien au-delà. Sa nourriture est essentiellement composée de petits poissons.

A noter que certains individus ont une forme spéciale du plumage avec une ligne blanche autour de l’œil qui continue vers l’arrière.

Lire plus

Le petit pingouin

Posté le le 21 septembre, 2013 | 0 commentaire

Du haut de ses 40cm, le pingouin torda est le seul pingouin de l’Atlantique Nord. Il passe la majorité de sa vie en haute mer et ne revient sur les côtes que pour se reproduire. Il niche sur les corniches rocheuses des côtes continentales et insulaires. C’est ainsi qu’on peut l’observer en Grande-Bretagne, Islande, Scandinavie et un tout petit peu en France.

Il pond un œuf unique à même la roche. Ce dernier est conique pour éviter qu’il ne roule en contrebas de la falaise et il est couvé alternativement par les deux parents.

Le pingouin torda est grégaire et c’est en groupe qu’il pêche en plongeant dans les bancs de poissons.

Lire plus

Chapeau conseillé !

Posté le le 22 juillet, 2013 | 1 commentaire

Si vous avez l’occasion de visiter les îles de Farne, je vous conseille vivement de prendre un chapeau avec vous lorsque vous débarquerez sur Inner Farne.

Vous aurez en effet vite pris conscience de son utilité dès que vous aurez posé le pied sur terre et que des sternes arctiques viendront vous harceler en vous becquant sur la tête.

La raison de cette agressivité est liée au fait que tout visiteur débarquant sur l’île en cette période de nidification est considéré comme un prédateur vis-à-vis des œufs posés à même le sol. La colonie est toujours surveillée par une sentinelle qui dès qu’elle alerte provoque l’envol de toutes les sternes pour une attaque en règle. Et parfois il n’y a pas que des coups de bec, certains visiteurs en auront été pour un nettoyage de leurs vêtements.

La sterne arctique est la plus agressive des sternes, ça on l’a compris ! Mais c’est également un des rares oiseaux  migrateurs qui a l’occasion de voir deux étés par an. En effet elle vient se reproduire dans l’hémisphère nord et passe notre été près de l’Arctique. Elle prend ensuite son courage à deux ailes pour entamer un long voyage  vers l’Afrique australe, l’Australie ou l’Antarctique, soit un voyage de 35000 km qu’elle effectue en 4 mois.

Bel exploit pour ces oiseaux qui ne sont pas spécialement de grands voiliers.

Ces oiseaux très élégants ont une taille est de 33 à 35 cm pour une envergure de 80 à 95 cm.

Lire plus

Le petit clown de mer

Posté le le 11 juillet, 2013 | 3 commentaires

Quand on se rend en Ecosse pour y observer des oiseaux, il n’est pas imaginable de ne pas faire un détour par les colonies de macareux moines.

A peine plus haut que 3 pommes (26 à 29cm), il est reconnaissable entre tous grâce à son bec coloré. Ce dernier ne prend toute son importance et ses couleurs qu’au moment de la reproduction suite à l’apparition de couches cornées colorées.

Une fois la période de reproduction terminée, il perdra ces plaques ornementales réduisant par la même occasion la taille de son bec.

Sa silhouette rondouillette, son costume noir et blanc, ses pattes orangées, son gros bec coloré et ses sourcils bien marqués autour d’un œil cerclé de rouge lui donnent cette apparence de petit clown triste, attirant par la même occasion la sympathie des observateurs que nous sommes.

Vivant la majorité de son temps en haute mer, ce n’est qu’au moment de la reproduction qu’on peut l’observer sur terre. Il vient y pondre un œuf unique au fond d’un terrier préalablement creusé (il lui arrive d’ailleurs de récupérer les terriers des lapins de garenne).

Après l’éclosion, les parents vont nourrir le petit pendant 40 jours puis ils l’abandonneront pour repartir en mer. Poussé par la faim le jeune macareux finira par sauter de la falaise (avant de savoir voler) pour aller se nourrir en mer.

D’un point de vue photographique et comme ces îles ne sont généralement accessibles qu’en milieu de journée (pour 2 heures seulement), j’aurais presque souhaité un temps couvert. Le soleil compliquant considérablement la gestion du blanc et noir de leur plumage.

Mais ce n’est que détail… tant ces quelques heures passées en leur compagnie furent agréables.

Lire plus

Bande de fous !

Posté le le 24 juin, 2013 | 4 commentaires

Ne vous méprenez pas… je parle bien évidemment des fous de Bassan.

Ces grands oiseaux blancs vivent toute l’année en haute mer et ce n’est qu’en mars-avril qu’ils se rassemblent en colonies pour nidifier.

Avec son envergure qui peut atteindre les 180 cm et son corps fuselé de 80 à 90 cm, il peut parcourir très facilement de grandes distances et se déplacer à 200km pour trouver de la nourriture. Des études ont d’ailleurs démontré que grâce à ses capacités à exploiter les courants d’air, 500km par jour ne sont pas un problème pour les fous de Bassan.

Sa vue perçante lui permet de repérer les bancs de poissons sur lesquels il plonge d’une hauteur de  10 à 30 m atteignant une vitesse au contact de l’eau de +/- 100km/h. L’onde de choc ainsi provoquée étourdit les poissons.

Pour  réduire l’impact au contact de l’eau, il ramène ses ailes vers l’arrière, ce qui le transforme en une véritable flèche.  Il plonge jusqu’à une profondeur de 10m sous le banc de poissons  et c’est en remontant qu’il attrape et avale sa proie avant même d’avoir refait surface.

C’est ce comportement qui lui a valu la première partie de son nom car les premiers observateurs (des pêcheurs écossais) ne comprenaient pas pourquoi ces oiseaux plongeaient dans la mer de manière insensée pour remonter quelques secondes  plus tard sans le moindre poisson. La seconde partie de son nom français lui vient de l’ïle de Bass, un des lieux où se rassemblent de nombreux fous de Bassan pour nidifier.

Comme vous pourrez le voir sur les photos, c’est un oiseau très élégant tant en vol que par son plumage. L’adulte est d’un blanc immaculé avec le bout des ailes noir et la tête jaunâtre. Son bec est légèrement bleu ciel, de même que le contour de ses yeux. Les juvéniles ont tout d’abord un plumage brun foncé la première année, puis  progressivement des plumes de plus en plus claires prendront place sur la tête puis le reste du corps.

C’est à l’âge de 5 ans qu’il devient adulte.

Autant en mer ils sont  silencieux et en petits groupes, autant lorsqu’ils se retrouvent en colonies ils sont  très nombreux et bruyants. Les parades nuptiales, têtes vers le ciel et frottements de becs, précèdent les accouplements. Le couple ainsi formé l’est à vie et défendra bruyamment son nid contre toute tentative d’intrusion.

Faut être fou pour essayer !

 

Lire plus

Concours Photo Nature de La Reid

Posté le le 24 juin, 2013 | 0 commentaire

Belle surprise ce dimanche à La Reid lors de l’exposition présentant les nominés du concours photo nature 2013, avec ma photo d’écureuil équilibriste qui a décroché le prix du public. Cela fait toujours plaisir de recevoir ce prix décerné par les visiteurs de l’exposition car c’est la preuve que la photo plait à une grande majorité de personnes. Merci donc à tous ceux qui ont voté pour cette photo.

Les deux photos ci-dessous avaient été également retenues et exposées au public.

A noter également  la présentation de très belles expositions de photographes bien connus dans le milieu. C’est toujours un plaisir que d’admirer leurs œuvres.

Bravo et merci également à l’organisateur en espérant une prochaine édition.

Lire plus

Les îles britanniques

Posté le le 20 juin, 2013 | 1 commentaire

En ce début juin, nous avons passé quelques jours en Ecosse avec un passage rapide par l’Angleterre. Le but était d’ observer principalement les oiseaux pélagiques (qui vivent en haute mer) qui pour quelques mois reviennent sur terre pour  nicher.

Ces pays étant tellement riches en biodiversité que les rencontres y ont été nombreuses et variées. Aussi avant  de vous présenter quelques photos de ces espèces, voici quelques paysages des régions traversées.

Que ce soient des falaises abruptes abritant les oiseaux nicheurs, des paysages verdoyants et arborés d’Angleterre, des montagnes arides au centre de l’Ecosse abritant des lacs tous plus beaux les uns que les autres, des châteaux légendaires… aux petites criques écossaises de sable fin dont l’eau couleur émeraude n’est pas sans rappeler certaines plages exotiques (hormis la température), ou encore ces petites îles disséminées un peu partout… bref, il y en a vraiment pour tous les goûts !

A vous de vous faire une idée.

Lire plus

Les terrassiers

Posté le le 21 mai, 2013 | 0 commentaire

Cela fait maintenant quelques semaines que je rends visite régulièrement à une famille de blaireaux.

Au début, toutes mes visites se sont soldées par un échec, à tel point que je me posais des questions  quant à la survie de la famille après cette période de gel très longue.  Mais quelques traces d’activité, me laissaient quand même espérer les apercevoir un de ces soirs.

Ce fut le cas un peu plus tard où un premier blaireau puis un second me firent le plaisir de quitter leur terrier avant la tombée de la nuit.

Dès leur sortie, le cérémonial est  toujours le même. Le blaireau commence par faire sa toilette personnelle, puis renouvelle sa litière. Pour ce faire il rassemble des feuilles entre ses pattes avant et sa mâchoire inférieure, puis à reculons, il ramène le tout dans le terrier.

En observant ces deux blaireaux faire leur toilette, je me suis rendu compte qu’un des deux était une blairelle et qu’elle avait des mamelles gorgées de lait. Bonne nouvelle… je pouvais donc espérer apercevoir un blaireautin.

Comme supposé, un premier blaireautin  se présenta  quelques jours plus tard avec sa mère et puis ce dernier weekend, ce fut la famille au grand complet soit 2 adultes et 2 petits.

Alors que d’ordinaire les blaireaux adultes partent se nourrir dans les prairies toutes proches, cette fois ils sont restés avec les petits dans un rayon  de quelques mètres autour du terrier pour fouiller dans les feuilles à la recherche de nourriture. Je suppose que ce comportement fait partie de l’apprentissage des petits.

Lire plus

Par le trou dans la haie…

Posté le le 12 mai, 2013 | 2 commentaires

Ce matin, le vent est fort, le ciel se partage entre averses parfois de grêle et éclaircies… ce ne sont pas les saints de glace pour rien !

Dans la prairie, sous la haie, une famille de renards a vu le jour. Ils sont cinq renardeaux qui, malgré la météo maussade, sortent régulièrement du terrier pour découvrir le monde environnant.

Moi, je suis de l’autre côté de la haie, je les observe depuis deux heures. Régulièrement, ils viennent voir ce qu’est ce gros œil noir qui les observe.

Quel plaisir !

Lire plus

Wallonie Week-ends Bienvenue

Posté le le 6 mai, 2013 | 1 commentaire

Vous souhaitez percer quelques secrets sur la photographie animalière ? C’est l’occasion !
L’occasion lors de ces “Wallonie Week-ends Bienvenue” de découvrir la biodiversité et les paysages de notre belle région et d’ailleurs.
Pour ce faire je vous propose une exposition photographique, des diaporamas sur grand écran de plusieurs dizaines de photos, et pour ceux que cela intéresse nous parlerons des techniques d’affûts, du matériel photo utilisé… autant de sujets qui permettront de découvrir cette passion tant naturaliste que photographique.

Cerise sur le gâteau, la boulangerie Georges Albert offre des mignardises Still Dreaming

Retenez la date des 25 et 26 mai de 10h à 18h, à mon domicile, 10 rue Emile Goedert à Francorchamps.

Soyez les bienvenus et n’hésitez pas à partager cette invitation.

Le montage ci-dessous vous donnera une petite idée de ce que vous pourrez voir.

Lire plus

Coucou… Coucou… Coucou…

Posté le le 4 mai, 2013 | 2 commentaires

Ce n’est jamais avril si le coucou ne l’a dit…

Vous connaissez tous son chant caractéristique qui fin avril début mai résonne dans nos forêts et clairières, mais l’avez-vous déjà vu ?

Généralement il est difficile à observer dans de bonnes conditions, aussi ai-je ressorti de mes cartons cette série de photos faites en 2007, où un coucou un peu curieux s’est approché de mon objectif.

Lire plus

Les premiers beaux jours

Posté le le 24 avril, 2013 | 0 commentaire

Cette fois le doute n’est plus permis, le printemps est bel et bien là ! En témoignent ces jonquilles qui fleurissent en bord de fagne.

Non  loin de là, après un hiver particulièrement long, les cervidés profitent des premières pousses d’herbe fraîche pour reprendre des forces avant la période des naissances qui s’annonce d’ici quelques semaines.

Lire plus

Ca y est !

Posté le le 9 avril, 2013 | 0 commentaire

Serait-on quitte de l’hiver ? Espérons ! Tout semble en tous cas l’indiquer. Ha Ha
Les températures commencent à revenir à des normales saisonnières, ce qui a pour effet de faire fondre la neige et d’enfin rendre accessibles les végétaux tant convoités par le gibier à cette période.
Il devra cependant encore un peu patienter car ici près des hautes fagnes, ce n’est pas encore demain que la nouvelle herbe fera son apparition…
Mais visiblement les animaux préfèrent… c’est quand même mieux que de manger de l’écorce !

Voici donc quelques photos de ce weekend juste pour le plaisir de les revoir.

Lire plus

Aurore boréale en fagne !

Posté le le 1 avril, 2013 | 2 commentaires

Selon les mesures prises par le satellite NOAA POES du Space Weather Prediction Center, cette nuit était annoncée plus que favorable à l’observation d’une aurore boréale sous nos latitudes.  Je suis d’ailleurs étonné que les medias n’en aient pas parlé.

J’ai donc tenté le coup en me rendant dans la grande fagne wallonne dès la nuit tombée… le plateau fagnard devant me permettre d’avoir un ciel dégagé vers le nord.

Heureusement que le hululement des chouettes était là pour me faire passer le temps, car pendant plus d’une heure il n’y avait absolument rien à voir.

C’est alors que je m’apprêtais à plier bagage que le ciel s’est éclairé d’une couleur verte… Des draperies ondulaient lentement dans ce ciel parfaitement dégagé. Quel spectacle !

En cliquant sur la photo vous pourrez découvrir quelques clichés peu communs pour notre région.

Lire plus

L’effet Orton

Posté le le 5 mars, 2013 | 0 commentaire

L’effet Orton, du nom d’un photographe canadien qui l’a inventé.

Il s’agit d’un traitement que l’on applique a posteriori à la photo à l’aide d’un programme de traitements d’images. Il convient généralement mieux à des paysages… cela leur donne un aspect vaporeux avec une saturation plus prononcée des couleurs.

Ce n’est pas sans rappeler les effets de David Hamilton que certains auront bien connu.

Bien que cela puisse plaire dans certaines circonstances, je ne suis pas spécialement fan de ce type de traitement, mais comme il faut bien meubler en cette période un peu plus calme… c’était un moyen de continuer à parler de photos.

Lire plus

Le blaireau, éternel bouc émissaire

Posté le le 2 février, 2013 | 0 commentaire

Le blaireau bientôt chassé Too Sad ? Apparemment le Ministre Di Antonio serait en passe de modifier la loi en ce sens. Hit with Brick

Ci-dessous deux documents de Natagora l’un contenant un communiqué de presse expliquant les raisons de ce changement de législation et un autre présentant le blaireau.

Pour rappel, un de mes articles sur Le clan des blaireaux

 

 

Download (PDF, 95KB)

Download (PDF, 159KB)

Lire plus

Faites vous plaisir…

Posté le le 16 novembre, 2012 | 0 commentaire

Vous souhaitez un tirage d’une photo…
N’hésitez pas, contactez moi en m’indiquant la ou les photos de votre choix, le format souhaité et en retour je vous communiquerai les tarifs en vigueur.

Lire plus

Rocs festival

Posté le le 1 juillet, 2012 | 3 commentaires

Le paysage des Dolomites est généralement considéré comme l’un des plus beaux paysages de montagne du monde, elles sont d’ailleurs classées au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le contraste entre les surfaces rocheuses nues de couleur claire et les forêts et prairies au dessous offre toute une harmonie de couleurs. Les montagnes s’élèvent en pics séparés par des ravins, parfois isolés et parfois se déployant en d’immenses panoramas. Que dire aussi des couleurs prises par ces roches au coucher du soleil…

Lors de ce voyage nous avons eu les 4 saisons en 10 jours.. allant de la neige à la canicule. Bien souvent le ciel était très chargé de nuages ce qui n’est pas pour me déplaire.

Voici donc quelques photos qu’il a bien été difficile de sélectionner.

 

Lire plus

Bambi

Posté le le 18 juin, 2012 | 0 commentaire

Cela fait maintenant 3 à 4 semaines que les biches ont mis bas.

Après quelques jours passés à couvert, les faons suivent maintenant leur mère partout.

Comme tous les jeunes, ils sont très jouettes… ils courent, sautent, tentent de grimper sur leur mère, goûtent du vieux foin… puis entre les coups, c’est l’allaitement et les moments de tendresse avec maman.

 

Lire plus

Une chouette aux yeux d’or

Posté le le 7 mai, 2012 | 0 commentaire

Il ne fait pas encore jour… une ombre passe au ras du sol, remonte à toute vitesse et vient se poser dans le vieil arbre. Une chevêche d’Athéna se poste à l’affût.

Cela fait maintenant quelques semaines que j’ai la chance de pouvoir suivre leurs évolutions d’arbres en arbres jusque parfois tard dans la matinée.

J’avais déjà eu l’occasion de vous présenter quelques photos l’année passée dans cet article. En voici maintenant quelques unes de ces quelques matinées printanières passées en leur compagnie.

Des petits rapaces vraiment agréables à observer.

Lire plus

La harde

Posté le le 27 avril, 2012 | 0 commentaire

La famille des biches est matriarcale, elle est constituée de la mère, du faon de l’année et du jeune de l’année précédente (que ce soit mâle ou femelle). La dépendance du faon dure +/- 2 ans, période pendant laquelle il apprendra à se nourrir, à se protéger et à se méfier des dangers environnants. Quand plusieurs familles se regroupent, on parle alors de harde. Dans la harde, la hiérarchie est stricte… une biche de tête, toujours un animal adulte, veille constamment à la sécurité du groupe. En cas de danger c’est elle qui prévient, organise le regroupement et la fuite. Une autre femelle dominante en second ferme la marche du groupe. Dans un mois et demi certaines d’entre-elles mettront bas.. à l’instar de ces sangliers venus perturber la quiétude de la biche.

Lire plus

Effervescence chez les cigognes…

Posté le le 15 avril, 2012 | 2 commentaires

De retour d’Afrique, le mâle arrivé en premier s’active à remettre le nid en état. La femelle (couple uni pour la vie) le rejoindra quelques jours plus tard.

Dans le parc du Marquenterre, des cigognes ont établi leur nid et les couples sont déjà bien affairés.

Les nids ne sont pas sur une cheminée ou un édifice comme en Alsace, mais bien dans de hauts pins, ce qui change un peu des clichés habituels que nous avons des cigognes.

A cette période, le mâle s’active toujours à collecter des matériaux pour parfaire le nid… il va et vient sans cesse ramenant branches, brindilles, mousse, herbes sèches qu’il vient y déposer.

Les femelles quant à elles restées généralement au nid semblaient pour certaines d’entre-elles déjà couver.

Au retour du mâle, s’en suivent des parades et claquements de bec pour en finir parfois, quand Madame trouve vraisemblablement que Monsieur a bien travaillé 🙂 , par un accouplement…

Ces aller-retour successifs étaient donc l’occasion de s’y attarder un peu pour les photographier en vol et dans leurs diverses attitudes.

Lire plus

La baie de Somme

Posté le le 11 avril, 2012 | 0 commentaire

Mini-trip ce weekend pascal en baie de Somme…

La baie vit au rythme des marées… tantôt elle est plus ou moins inondée (selon la force des marées) et quelques heures plus tard, seules restent quelques poches d’eau ainsi que les traces des chenaux creusés par la marée descendante.

Voici donc tout d’abord une mise à jour avec des photos de paysages… certaines quand le soleil a bien voulu nous gratifier de ses quelques rares rayons… sinon il a bien fallu composer avec les ciels tourmentés par les nuages avant que ceux-ci ne nous arrosent.

D’autres photos suivront… plus ornithologiques celles-là, mais de ce point de vue je suis resté quelque peu sur ma faim, les oiseaux migrateurs n’étaient pas vraiment au rendez vous ! Selon les ornithologues locaux, ils étaient bloqués plus au sud par des vents froids et contraires.

Comme toujours c’est la nature qui commande !

Lire plus

Brumes printanières

Posté le le 1 avril, 2012 | 1 commentaire

Prenez des matinées fraîches, un sol humide et un soleil qui réchauffe progressivement l’atmosphère, et vous obtenez des paysages  brumeux desquels se dégagent toujours des ambiances que j’apprécie particulièrement.

Lire plus

La fagne se réveille

Posté le le 26 mars, 2012 | 0 commentaire

Comme chaque année l’hiver a été rude en fagne.. le vent, la neige et le gel ont totalement asséché la végétation, ce qui lui confère aujourd’hui ces couleurs beiges claires quelque peu recolorées par le soleil couchant.

Mais la vie est toujours bien présente, en témoigne ce mouton (moutons réintroduits voici plus de 10 ans afin de conserver à la fagne son état de lande) et ses deux agneaux nouveau-nés. Nul doute le printemps est bien là !

Lire plus

Les échassiers…

Posté le le 5 août, 2011 | 1 commentaire

Par définition, les échassiers sont des oiseaux qui vivent dans des milieux aquatiques et que la nature a dotés de longues pattes. Cette adaptation leur permet de se déplacer dans l’eau peu profonde  ( selon la longueur de leurs pattes 🙂 )  afin d’y rechercher leur nourriture.

Voici donc pour terminer cette série de mises à jour consacrées aux oiseaux rencontrés en Camargue un assortiment d’échassiers… hérons gris, pourprés et garde-boeufs (qui dans mon cas étaient plutôt des garde-chevaux), ibis sacrés et falcinelles, cigogne, bihoreaux, aigrettes garzettes, …

Lire plus

Le vol gracieux des « hirondelles de mer »

Posté le le 29 juillet, 2011 | 2 commentaires

Voici une espèce gracieuse à plus d’un titre, que ce soit par son vol, sa forme élancée ou tout simplement grâce à son plumage gris, blanc et noir très élégant. J’ai nommé les sternes que l’on appelle encore parfois les hirondelles de mer.

En Camargue, j’ai pu observer 2 espèces, la sterne pierregarin (bec rouge) et la sterne naine (bec jaune).

Ces oiseaux bruyants au vol rapide sont des visiteurs d’été. On les trouve un peu partout dans le monde aussi bien dans les zones côtières que dans les terres le long des cours d’eau.

Leur alimentation est essentiellement constituée de petits poissons ou crustacés qu’elle pêche à l’issue d’un plongeon bien souvent spectaculaire.

Les sternes nichent à même le sol sur des plages, au bord des marais, sur les îlots ou berges des fleuves.

La disparition des habitats côtiers du au développement du tourisme, est une menace pour cette espèce.

Au rayon des prédateurs et destructeurs de nichées, on trouvera les rats et les mouettes.

Lire plus

Prendre sous son aile…

Posté le le 15 juillet, 2011 | 2 commentaires

Voilà un expression connue de tous. Étymologiquement elle fait allusion à une mère qui protège ses petits sous son aile.

Eh bien j’ai pu le vérifier avec cette échasse blanche qui, quand la pluie faisait sa réapparition, s’empressait de mettre son petit à l’abri.

L’occasion aussi de vous présenter cette espèce. L’échasse blanche a une taille de 30 à 45 cm pour une envergure de +/- 70 cm. Elle vit dans les marais salants, vasières ou lacs peu profonds. Grâce à son long bec, elle capture ses proies dans le sable ou dans l’eau; principalement des insectes aquatiques, vers, têtards.. et parfois quelques crustacés.

Elle fait son nid dans une dépression peu profonde qu’elle a gratté dans le sol et qu’elle garnira d’herbes.

Dès la naissance, les petits quittent le nid pour s’abriter dans la végétation. Dans les premiers jours, les parents les aident à se nourrir, puis très vite, ils sont capables de se débrouiller seuls.

Lire plus

Ces visiteurs venus d’Afrique

Posté le le 8 juillet, 2011 | 1 commentaire

De la taille d’un merle, le guêpier d’Europe est un des oiseaux les plus colorés qu’il m’a été donné d’observer à ce jour. Il passe l’hiver en Afrique et dès le mois de mai, il revient notamment dans le sud de la France pour s’y reproduire.

On le trouvera dans les gravières, les anciennes carrières ou le long des berges sablonneuses des rivières car il a besoin d’un sol meuble pour y creuser un terrier dans lequel il pondra ses oeufs.

Sa nourriture comme son nom l’indique est constituée de guêpes, abeilles, frelons, bourdons mais aussi de tout autre insecte qu’il attrape au vol.

Généralement on a l’habitude de voir les photos de ces oiseaux en plein soleil. En ce qui me concerne, ce sera une présentation “à la belge”, soit un temps gris et pluvieux…  🙁  mais la rencontre en valait quand même largement la peine.

Lire plus

Portraits de flamants

Posté le le 1 juillet, 2011 | 1 commentaire

Que mes compatriotes se rassurent… rien de communautaire dans cette mise à jour !

Indépendamment d’une orthographe différente, “mes flamants” sont à plumes et ont une couleur rose… 🙂

Cet oiseau un peu particulier vit à proximité des marais salants que l’on trouve en Camargue. C’est là qu’il vient se nourrir de plancton, vers, mollusques, poissons, larves d’insectes, crustacés… dont l’artemia salina qui, du fait qu’il contient un pigment rose, lui donne sa couleur.

Outre le fait que ses membres inférieurs soient bien évidemment adaptés aux lieux qu’il fréquente, il se caractérise également par un bec permettant de filtrer l’eau et la vase. En effet, grâce à des fanons qui effectuent un rôle de filtre, l’eau peut s’écouler du bec y laissant les différents éléments nutritifs prisonniers.

Vu maintenant au travers de mon viseur, je trouve que le flamant rose est un sujet assez graphique. Ses attitudes, la forme de son bec, de son cou, les poses qu’il prend, ses plumes colorées… peuvent être autant de sujets à photographier dont je vous présente ici un petit aperçu.

A vous de juger !

Lire plus

Le temps des cabris

Posté le le 25 juin, 2011 | 1 commentaire

Lors de mon dernier passage sur les crêtes vosgiennes, je n’ai pas pu observer les jeunes chamois de l’année. Vraisemblablement trop petits et trop vulnérables pour qu’ils apparaissent au grand jour.

La naissance des cabris (ou encore appelés chevreaux) se passe généralement dans un endroit difficile d’accès, ceci afin que les nouveaux nés soient protégés des prédateurs.

Après quelques heures, ils peuvent déjà se tenir debout, mais ce n’est qu’après +/- une semaine qu’ils rejoindront la harde toujours suivis de près par leur mère qu’ils ne quittent jamais.

Lors de leurs sorties, les mères et leurs chevreaux resteront discrets et se tiendront bien souvent un peu à l’écart des autres chamois dans des endroits un peu plus cachés et difficilement accessibles. C’est là qu’ils pourront s’adonner à leurs jeux favoris, courir, sauter, glisser, se taquiner ou faire des cabrioles en tous sens. Un vrai régal que de les observer.

Ayant eu par ailleurs quelques chamois adultes passant à proximité, j’en ai profité pour refaire quelques portraits.

Lire plus

Les charognards

Posté le le 19 juin, 2011 | 1 commentaire

Les conditions climatiques sont détestables… il bruine, les rafales de vent se succèdent et je ne vois rien à plus de 50m. Quelle idée m’a pris de monter là-haut ?  Pariant sur une éclaircie, j’espérais voir et si possible photographier des vautours.. c’est mal parti !

Pourtant, après quelques minutes pendant lesquelles je me demande s’il ne serait pas plus intelligent de redescendre, des cris aigus de plus en plus forts et nombreux se font entendre. Je vois vaguement quelques silhouettes de vautours qui descendent des nuages. Ils ont du se poser, là… tout près, à peine à 100m.

Avec ce vent de face une odeur pestilentielle de charognes me parvient.. je comprends à ce moment que c’est l’heure de la curée (bien que réintroduits depuis plusieurs années il est encore nécessaire de les nourrir régulièrement).

Je peste sur cette brume qui m’empêche de les apercevoir… Puis, la chance tourne !

A  la faveur de courants ascendants venant de la vallée, le brouillard se dissipe peu a peu.  Des silhouettes fantomatiques apparaissent progressivement… les cris s’intensifient, les vautours sautent les uns sur les autres, se donnent des coups d’ailes, se courent après par petits bonds, impossible de les compter tant ils sont nombreux.
Le manque de lumière, les ossements répandus au sol… me donnent l’impression d’un tableau macabre, mais le spectacle en vaut la peine… c’est dingue !

Le brouillard ira et viendra régulièrement me permettant par moment de mieux les voir, les rafales de photos s’enchaînent.

Puis… après la tempête, le calme ! Il ne reste plus que des carcasses, le temps de la digestion commence et les vautours se jettent progressivement dans le vide pour prendre les ascendants, monter progressivement et passer à ma hauteur pour disparaître ensuite dans les nuages.

Le lendemain matin, le soleil est un peu plus présent mais les coups de tonnerre au loin me rappellent que l’orage est proche. Pas question de s’éterniser.

Les vautours non plus d’ailleurs, seuls quelques uns sont encore présents. J’en profite pour faire quelques photos dans une meilleure lumière.

Lire plus

Par monts et par vaux…

Posté le le 14 juin, 2011 | 0 commentaire

Profitant de quelques jours de congés pour sillonner la France du Nord au Sud, je vous propose pour commencer quelques photos de paysages qui pour certaines devraient vous laisser supposer des rencontres que j’ai  pu faire pendant ces vacances.

Dommage que pour une fois le temps était meilleur en Belgique qu’en France… j’aurais tout eu, rafales de vent, orages violents, pluie et heureusement quand même quelques périodes ensoleillées pour mettre un peu de couleurs sur les photos.

Mais la photographie c’est aussi essayer de capter ces ambiances que les conditions climatiques peuvent rendre si particulières.

D’autres mises à jour plus “animalières” vont suivre.

Lire plus

Le clan des blaireaux

Posté le le 25 mai, 2011 | 1 commentaire

Il est toujours surprenant de le voir sortir de terre au crépuscule… Méfiant, il va d’abord pointer le museau à la sortie du terrier, puis passera la tête et finira par sortir pour s’adonner en priorité à sa toilette.

Il a un excellent odorat et malgré que sa vue ne soit pas très bonne, il connait parfaitement l’environnement de son terrier et peut y déceler très rapidement les modifications qui y ont été apportées.

Le blaireau vit en famille dans un terrier parfois gigantesque et creusé au fil des générations. Le clan peut compter jusqu’à une vingtaine d’individus.

On ne le verra que très rarement en journée car il est essentiellement nocturne.

Le blaireau a malheureusement pour lui une mauvaise réputation…

A tort, car les services qu’il rend l’emportent largement sur les dégâts qu’il peut causer.

Etant omnivore, son alimentation est constituée d’insectes, rongeurs, tubercules, champignons… mais aussi mollusques, serpents, batraciens… ce n’est qu’en période de disette qu’il peut occasionnellement manger des épis de maïs, ce qui lui vaut auprès de certaines personnes cette réputation d’animal nuisible et destructeur.

Sur cette base, il est sujet à une pratique que je qualifierais de barbare, le déterrage. Forme de “chasse” cruelle que des non moins barbares pratiquent encore de nos jours.

Lire plus

Exposition sur le chevreuil

Posté le le 10 mars, 2011 | 1 commentaire

Perçu comme un petit animal gracieux, curieux et presque jovial qui égaye de sa présence nos paysages de campagne et forêts, le chevreuil mérite tout autant que le cerf qu’on lui consacre une exposition.

Ce sera chose faite, pendant ces vacances de Pâques.

Au plaisir de peut-être vous y rencontrer.

 

 

Lire plus
%d blogueurs aiment cette page :