Un désert pas comme les autres !

Posté le le 13 juin, 2015 | 0 commentaire

Cliquez ICIA cheval sur la Navarre et l’Aragon, à une soixantaine de kilomètres au sud de Pampelune, le site de Bardenas Reales offre aux visiteurs des pour le moins surprenants et uniques en Europe rappelant le sud-ouest américain.

L’importante érosion a toujours existé dans les Bardenas, en raison de trois facteurs:

– Le climat, caractérisé par la sécheresse, des pluies pauvres mais violentes, des vents très forts et une variation annuelle de températures qui peut dépasser 50 ° C

– Un sol constitué de matériaux meubles, principalement d’argile, de  limon et de grès.

– L’intervention humaine avec l’élevage et la culture qui s’est intensifiée ces douze derniers siècles au détriment des zones boisées, réduisant de ce fait de manière importante la couverture végétale.

Le vent et les pluies fortes du printemps et de l’automne ont façonné des collines arides, tabulaires, dont les flancs sont striés par mille ravines, sculpté des cheminées de fées géantes, creusé des ravins asséchés par le soleil. Ce sont des paysages rudes et qui ne laissent personne indifférent. Ils sont tellement exceptionnels que ce site a classé réserve de la Biosphère par l’UNESCO. L’accès au site est désormais réglementé.

Cette réserve de 42 000 ha se situe en plein cœur de la dépression de la vallée de l’Ebre. Dépourvue de cours d’eau permanents, elle est une des plus vastes zones désertiques d’Espagne. Aucune personne n’y habite !

L’eau a un impact très faible sur la végétation, l’évaporation (700 l/m²) est supérieure à l’apport en eau (500 l/m²). Les points d’eau permanents sont rares !

Cette région steppique est néanmoins riche d’un point de vue faune. On peut y trouver selon le lieu: sanglier, renard, chat sauvage, hibou, aigle, vautour, percnoptère, lézard, vipère couleuvre…

La végétation quant à elle est typiquement méditerranéenne. Parfois clairsemée à la manière d’une steppe, parfois même quasi inexistante, alors qu’elle est plus présente et plus touffue dans d’autres zones. L’agriculture bien que parfois symbolique à certains endroits est de plus en plus présente et a contribué fortement à façonner le paysage.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :